Eglise de Saint-Quentin : sous le signe du Rosaire

Le tableau du Rosaire de Saint-Quentin-sur-le-Homme (inscrit M.H.) représente la Donation du Rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine et comporte quinze médailllons représentant des cènes de la vie du Christ et de la Vierge qui ont inspiré les mystères du Rosaire

Rosaire Saint-Quentin

Contexte historique

C’est en 1573 que le pape Grégoire XIII créa une fête annuelle du Rosaire, célébrée le 7 octobre, jour anniversaire de la bataille de Lépante (1571). En France, dans le contexte des guerres de religion, qui viennent d’embraser le pays, le Rosaire, comme le chapelet, devient vite le signe de ralliement des catholiques de la Ligue, comme plus tard, des chouans.

A Saint-Quentin, la paroisse était sous la protection de la Vierge Marie.

Jacques Stacony, maître-peintre italien, originaire de Rome, séjourna à Paris avant de s’installer à Morlaix vers 1619 où il mourut vers 1639. Il réalisa, dans le premier quart du XVIIème siècle, ce tableau qui fut donné en 1636 à la paroisse de Saint-Quentin par Jean Blandin, prêtre originaire de Saint-Senier-Sous-Avranches et principal du collège de Morlaix de 1622 à 1656.

On lit au bas du tableau le nom du peintre et du donateur.
Signature

« J. STACCONY INVEN (IT) ET FECIT IOAN BLANDIN DONO DEDIT DIVO QUINTINO.

Date : 1636 »

 L’église sous le signe du Rosaire

Le 8 août 1621, le clergé et les notables du bourg de Saint-Quentin, au fond de la baie du Mont Saint-Michel, envoient à l’évêque d’Avranches, François de Péricard, une supplique pour faire établir au siège de leur paroisse une confrérie du Rosaire. A la tête des notables, on trouve

«noble dame Elisabeth du Boys, dame de la Fresnaye et patron honoraire dudit Saint-Quentin, veuve de noble seigneur messire Jean du Boys, vivant seigneur de la Fresnaye, capitaine de cinquante hommes d’armes, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roy, gouverneur dans la ville et château d’Avranches pour sa majesté, maître de camp d’un régiment à pied ».

Et, après les noms des douze prêtres de Saint-Quentin, dont le curé, Me Jean Ollivier, ceux de douze notables de la paroisse, venant des familles Roussel, Le Hoult, Murys et Nicolas.

Un mot au passage de cette famille du Boys (ou du Bois), liée à l’histoire de Saint-Quentin.

Famille de Boys

Elle figure dans le nobiliaire de Normandie qui, en 1666, relève le nom de

« René François du Bois, sieur de Saint-Quentin, âgé de 21 ans, demeurant en la paroisse de Saint-Quentin, sergenterie de Ducey, élection d’Avranches, de la religion catholique, apostolique et romaine ».

Ses armes étaient « d’or, à l’aigle de sable, becquée et membrée de sinople ».

Publicités
Cet article, publié dans Saint-Quentin-sur-le Homme, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s