La Présence de la Famille BELPREY dans la commune de Juilley

 Les registres paroissiaux de la commune de Juilley relèvent à plusieurs reprises les décès de trois membres d’une même famille, les BELPREY, qui se sont éteints en leur propriété des Blotteries : Nicolas BELPREY en 1805, Nicolas Victor BELPREY en 1812 et Charles Nicolas BELPREY en 1837.
Une croix en granit provenant de la sépulture d’un certain Charles BELPREY a récemment été sauvée de la destruction et dressée dans l’enceinte abbaye Notre-Dame de Montmorel en Poilley.

Mais quel est le lien avec tous ces BELPREY que l’on retrouve dans l’Avranchin ?  

L’étude de Yves BRETON, docteur en Histoire, parue récemment dans la Revue de l’Avranchin, nous apporte de nombreux renseignements sur Charles BELPREY mais il ignore la présence de d’autres BELPREY à Juilley. Des recherches complémentaires révèlent un lien de parenté très proche entre tous ces hommes dont le berceau familial se situe en Lorraine.

La généalogie des BELPREY

Le 9 janvier 1734, Françoise GINET met au monde à Ligny-en-Barrois (Meuse) un enfant nomméNicolas BELPREY. Ce dernier porte le nom de son père Nicolas BELPREY, né à TOUL mais paroissien de Demenge-aux-eaux, village situé à environ 15 km au sud de Ligny-en-Barrois.

Nicolas-BELPRE-NAISSANCE-1734

Le couple n’est pas encore marié et il faut attendre presque un an avant de voir inscrire sur le registre paroissial de 1735 de Ligny-en-Barrois, la bénédiction nuptiale du couple. Le 21 janvier, Nicolas promet devant le prêtre de Ligny, de prendre pour épouse Françoise GINET, en présence de son futur beau-père commissaire de police de la ville de Ligny-en-Barrois et d’un puritain. Quatre jours plus tard, le mariage a lieu. On apprend dans l’acte que Nicolas est le fils d’un orfèvre de Toul, feu Laurent BELPREY. Un certain Jean Guiguot, probablement parent de sa mère née Guiguot s’étant opposé ultérieurement au mariage, la célébration a été célébrée dans le consentement mutuel.

Nicolas ne sera pas l’enfant unique de ce couple. Quelques années plus tard, Françoise GINET donne naissance, le 12 janvier 1740, en la paroisse Saint-Jacques de Lunéville (Meurthe-et- Moselle), à Charles Paul BELPREY,naissance-Charles-BELPRE-copie-1

puis suivront, deux sœurs :

Marie Anne Françoise BELPREY le 25 avril 1741 et

Jeanne Virginie BELPREY le 7 mai 1742.

Stanisław_Leszczyński_par_Girardet

Stanislas Leszynski

Entre temps, Nicolas BELPREY est devenu garde du corps de sa Majesté Stanislas Leszynski, roi déchu de Pologne, duc de Lorraine, de Bar,  porteur du titre de maître de camp de cavalerie et chevalier de l’ordre royal militaire de Saint-Louis.

L’ordre royal et militaire de Saint-Louis est un ordre honorifique français créé en avril 1693 par Louis XIV pour récompenser les officiers les plus valeureux

Nicolas BELPREY père recevra des versements d’argents pour « ses talents dans l’équitation et en considération de ses services en qualité de garde-de-corps de eu roi de Pologne et pour son traitement conservé en cette qualité1».

Nicolas BELPREY père s’éteindra le 8 avril 1786 à Dammartin-les-Toul (Meurthe-et-Moselle).

Divers ouvrages font référence à un portrait de Nicolas BELPREY :

nICOLAS-PEINTRE-copie-1

Journal de la Société s'Archéologie et du Comité du Musée Lorrain - 1861.

Journal de la Société s’Archéologie et du Comité du Musée Lorrain – 1861.

Nous allons nous intéresser particulièrement aux deux frères, Nicolas et Charles dont le parcours va s’achever en Normandie

Nicolas BELPREY fils, 1734-1804

Seigneur de Parux, village situé au revers d’une montagne, au pied des Vosges à 17 km au Sud-Ouest de Lorquin, à 17 km de Sarrebourg et à 68 km au Sud-Est de Nancy.

Nicolas est donc né le 9 janvier 1734, à Ligny-en-Barrois (Meuse), enfant naturel conçu hors mariage.

Comme son père, Nicolas se destine à la protection de Stanislas Leszynski et cesse d’être garde-du-corps à la mort de ce dernier en février 1766.L’année suivante, il se marie avec une jeune femme de Lunéville, âgée de 16 ans environ, Charlotte  LOYAL (née vers 1748), le 12 mai 1767.

En 1775, il est officier à l’hôtel royal des Invalides, puis capitaine de cavalerie, Chevalier de Saint-Louis.

Sa femme va donner naissance à trois fils avant de décéder le 20 octobre 1789 à Luneville âgée d’une quarantaine d’année :

–         Charles Nicolas BELPREY, né 15 juillet 1768 à Luneville

–         Nicolas Victor BELPREY, né vers 1770 à Lunéville

–         Constantin BELPREY, né le 1er novembre 1775 à Luneville

On retrouve quelques informations sur l’implication de Nicolas BELPREY dans la production artistique de l’époque en tant que graveur et élève de Jean GIRARDET, le premier peintre du roi Stanislas. Il est signalé dans « Mémoire de l’académie de Stanislas » de 1865, page 256 :

« Belprey, garde du corps du roi élève de Girardet a gravé ce château en deux feuilles, tel qu’il était dans sa splendeur2».

Dans un article consacré à Girardet, il est noté que le maître :

« travailla plus pour la gloire que pour un but intéressé. Ses élèves et ses compatriotes lui élevèrent un monument dans l’église de Saint-Sébastien ; à l’inauguration, Nicolas BELPREY de Ligny, prononça un éloge en l’honneur du maître regretté2 ».

Nous ignorons ce qui va pousser Nicolas BELPREY à venir finir sa vie dans l’Avranchin.

Il s’éteint le 9 vendémiaire an XIII (1er octobre 1704) aux Blotteries. Son troisième fils, Constantin, vient en mairie faire la  déposition.

Nicolas-belprey-9-vend-an-xiii(Note : La date de naissance est erronée sur cet acte. Les registres de naissances de Ligny-en-Barrois n’enregistrent pas de Nicolas BELPREY à la date du 4 janvier 1730 mais bien à celle du 9 janvier 1734).

Charles Nicolas BELPREY, 1768 – 1837

Fils de Nicolas BELPREY et d’Anne Françoise Charlotte LOYAL, Charles Nicolas est né le 15 juillet 1768 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle). Célibataire, il vit de son bien à Juilley et décède le 17 mars 1837 aux Blotteries. Il est alors âgé de 68 ans.

Deces-Charles-Nicolas-BELPRE1837

Nicolas Victor  BELPREY, vers 1770 – 1812

 Fils de Nicolas BELPREY et d’Anne Françoise Charlotte LOYAL, Nicolas Victor est né vers 1770 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle). Célibataire, il vit à Juilley aux Blotteries où il s’éteint le 20 janvier 1812 à l’âge de 32 ans.

Deces-Nicolas-BELPRE-BLOTTERIE1

Deces-Nicolas-BELPRE-BLOTTERIE2

Constantin  BELPREY, 1775 – 1839

 Troisième fils de Nicolas BELPREY et d’Anne Françoise Charlotte LOYAL, Constantin BELPREY est le 1er novembre 1775 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle).

Naissance-Constantin-BLEPRE-1775

Il se marie avec Thérèse Françoise THIBOUT D’ANISY de la ROQUE, née à Senonches (Eure-et-Loire) et s’installe à Avranches dans un hôtel particulier au 23-25 rue des Bouchers (aujourd’hui rue Dame Jeanne Destouches), chez son oncle Charles Paul BELPREY où il exerce la profession de directeur de l’octroi d’Avranches.

Son épouse lui donne deux enfants :

–         Charles Paul BELPREY, né à Avranches le 16 mai 1812 et décédé en cette même ville le 6 mars 1833, chez ses parents. Il est étudiant alors âgé de 21 ans

–         Emilie Louise BELPREY, née à Avranches le 29 juin 1816 à Avranches. Elle se marie le 19 octobre 1836 à Avranches avec Ernest Pierre André LE MOINE DES MARES (1805-1877), président du tribunal civil d’Avranches, membre du Conseil Général de la Manche. Emilie va s’éteindre le 10 janvier 1881 à Avranches. Plusieurs enfants suivront.

Constantin s’éteint le 18 juillet 1839 à l’âge de 64 ans. Son épouse lui survivra jusqu’au 15 novembre 1843, jour au cours duquel elle fit une rupture d’anévrisme qui lui est fatal, chez Mme Lacorne.

Charles BELPREY  1740 – 1823

Charles est le cadet de Nicolas BELPREY3 et Françoise GINET. Il naît le 12 janvier 1740 à Lunéville, paroisse Saint-Jacques et il est baptisé le jour même. Un certain Charles GERARD, garde du corps du roi Stanislas comme son père est son parrain.

naissance-Charles-BELPRE-copie-1

 Une biographie assez complète de Charles BELPREY publiée en 1844 nous apprend l’essentiel sur sa vie.

Charles-BELPREY

A. LIEVYNS, Faste de la Légion -d’honneur : biographie de tous les décorés. 1843-1847.

Quelques éléments complémentaires sur Charles DELPREY

Cet extrait omet de signaler que Charles BELPREY est déjà présent en Basse-Normandie dès 1780. Il réside à Châteauneuf en tant que capitaine du Génie. L’inventaire sommaire des archives du Calvados antérieures à 1790, cite une lettre de ce dernier adressée à l’intendant concernant sa participation « dans les ouvrages à faire dans la paroisse de Crollon ».

Dans un autre recueil des inventaires de ces mêmes archives, on trouve entre 1786 et 1788, des plaintes de M. de Belprey, résident à Granville, au maréchal de Ségur et au baron de Bretenil, contre les officiers des finances, à l’occasion des ordres qu’ils ont donné pour la confection ou réparation du chemin d’Avranches à Saint-James.

Ensuite, il entre dans les armées du centre en 1792. Pour revenir à la suspension de BELPREY pour cause d’incivisme, une lettre parue le Recueil des Actes du Comité du Salut Public,de la Convention Nationale paru en 1891, nous apprend plus sur le sujet : les représentants de l’armée du Nord à la Convention, Bellegarde et Cochon annoncent qu’ils ont suspendu pour cause d’incivisme notoire, le citoyen Belprey, commandant du Génie au Quesnoy.

« Valenciennes, le 13 mai 1793,

            Citoyens nos collègues,

 Depuis longtemps, le citoyen Belprey, commandant du Génie du Quesnoy, nous était dénoncé par plusieurs bons citoyens comme un homme très suspect et tenant journellement les propos les plus anticiviques. La disette d’officiers du génie nous avait jusqu’à présent empêchés de prendre des mesures à son égard mais les municipalités de Saint-Quentin et du Quesnoy nous ayant assuré par les lettres ci-jointes que Belprey n’a eu depuis longtemps pour société que des parents ou amis désignés connus par leurs opinions anticiviques que Belprey partageait entièrement au point qu’il n’avait pas même osé demander un certificat de civisme à la municipalité de sa résidence, nous avons pensé que, quoiqu’il n’y eut pas de faits précis atieulés contre lui, la notoriété de son incivisme ne permettait plus de le laisser en place et qu’il serait dangereux dans les circonstances actuelles de confier la défense des places fortes de la République à des citoyens suspects. Nous l’avons en conséquence suspendu de ses fonctions par un arrêté dont nous adressons copie à la Convention ».

Le 11 décembre 1803, Charles BELPREY est fait chevalier de la Légion d’Honneur et le 14 juin de l’année suivante, officier de la Légion d’Honneur.

 FRDAFAN83_OL0175007v002_L

Après 1810, Charles BELPREY se retire à Avranches, en son hôtel particulier situé au 23-25 rue des Bouchers, actuelle rue Dame Jeanne Destouches. Il vit de ses biens.

De retour de l’île d’Elbe, Napoléon son entrée dans Paris le 20 mars 1815, remonte sur le trône et se résout à libérer le régime.

Le 28 mai 1815, Charles Paul BELPREY, alors président de la députation du collège électoral du département de la Manche, lui écrit :

« Sire, plus que jamais le peuple français doit se presser autour de vous. L’Europe reprend une attitude menaçante. La France veut être indépendante et libre: ses ennemis veulent se la partager, ou lui prescrire la manière dont elle doit se gouverner, si les moyens que suggère la prudence, si une noble émulation ne peut conjurer cette nouvelle tempête. Sire, la confiance des Français est tout entière dans votre génie et dans leur courage, ce grand peuple le secondera de ses forces, vous vous souviendrez de ce que vous avez fait pour lui. Tant d’exploits éclatants, tant de vertus, de constance et de gloire ne seront pas perdus. La France a besoin de la paix, mais eIle sent plus vivement encore celui de son indépendance. Les sacrifices les plus pénibles lui coûteront peu pour la défendre ; cette fière et bouillante jeunesse qu’on prétend asservir, vous suivra dans les camps ; les vœux de la nation entière vous y accompagneront, et le ciel se déclarera, n’en doutons pas, pour la juste et la plus saine des causes4. »

Charles BELPREY va s’éteindre à Avranches, rue des Bouchers, le 30 janvier 1823. Le baron Dorsenne, voisin du défunt signe l’acte de décès en tant que témoin. Sur l’acte, on apprend qu’il avait été marié à Dame Angélique Maheu de la Moussée, dont on n’a pas trouvé de trace.

Charles ne semble pas avoir eu d’enfant. Cependant, on retrouve un de ses neveux Constantin, propriétaire de l’hôtel de la rue des Bouchers dans lequel il va s’éteindre en 1839.

Deces-Charles-BELPRE

Une croix de granit ornant sa tombe a été déposée plus tard dans une décharge du canton puis récupérée par les propriétaires de l’Abbaye de Montmorel en Poilley. On peut encore aujourd’hui y lire « CH. BELPREY COL DU GENIE » et remarquer une croix de la Légion d’Honneur répétée sur le fut.

Charles ne semble pas avoir eu d’enfant. Cependant, on retrouve un de ses neveux Constantin, propriétaire de l’hôtel de la rue des Bouchers dans lequel il va s’éteindre en 1839.

Reste le mystère autour des Blotteries en Juilley à élucider.

Blotteries

Charles BELPREY est signalé comme propriétaire de la propriété puisqu’on le retrouve cité sur la matrice de rôle pour la contribution foncière des propriétés non bâties de la commune de Juilley datée de 1831. Le testament de Charles BELPREY pourrait apporter des réponses mais il reste à trouver dans les minutes notariales conservées aux Archives Départementales de la Manche.

________________________

 1 - Archives Parlementaires de 1787 à 1860. Emile MADIVAL et Jérôme LAURENT, 1860.

2 – Extrait de la « Réunion des Sociétés des Beaux Arts des départements », 1893. Article de Léon Charvet, ministre de l’éducation nationale, sur « Girardet ».

3 - Comme le remarque M. BRETON, Charles BELPREY est orthographié différemment sur ce registre.
4 - Biographie des Faux Prophètes vivants, T. 1 , 1821. La Société des Gens de Lettres.
Publicités
Cet article a été publié dans => Personnalités, Juilley. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s