Les largesses de Louis Ier Montgommery en faveur de son maître d’hôtel, Charles Delaroche

Les Archives Départementales de la Manche possèdent un acte passé devant notaires stipulant que Louis Ier de Montgommery, chevalier comte de Ducey, seigneur châtelain dudit lieu et de Chérencé-le-Héron, donne à son maître d’hôtel Louis DELAROCHE, une terre située dans le bourg de Ducey1.

Chateau

Qui est Louis Ier de Montgommery ?

Louis Ier de Montgommery est le fils de Gabriel II de Montgommery et de Suzanne de Bouquetot, né en février 1602 et baptisé dans la religion prétendue réformée le 3 février2. Il a pour parrain le fils de Philippe de Mornay, sieur du Plessis, gouverneur de Saumur, le célèbre théologien réformé, écrivain et homme d’état, ami d’Henri IV.

Philippe_Duplessis-Mornay_(1549-1623)

Philippe de Mornay

En septembre 1616, Gabriel II de Montgommery son père, alors gouverneur de la ville et du château de Pontorson lui constitue une procuration  auquel il donne pouvoir et puissance pour gouverner la cité. Il n’a alors que 14 ans :

   » Par devant les tabellions Royaux soussignez commis en la vicomté d’Avranches pour le siège de Pontorson et le Mont Saint Michel sur présence en sa personne Messire Gabriel de Montgommery conseiller du Roy en son conseil d’Etat et privé et gouverneur de la ville et château dudit Pontorson lequel a fait et constitué sa procuration (?) générale et partiale auquel il a donné pouvoir et puissance de résigné  et mettre (?) en main du roy  (…) pour au nom et au profit de Louis de Montgommery, écuyer général de … son fils  (…)3« .

En 1627, Louis Ier de Montgommery est général des troupes françaises au Danemark. Il obtient un passeport pour s’en revenir en France l’année suivante. Le 13 juillet 1635, Gabriel II de Montgommery, son père s’éteint à Pontorson. Il est inhumé à Ducey le 2 août suivant dans le caveau familiale du château de Ducey. Louis 1er devient le chef de famille, puisque son frère aîné, Gabriel III de Montgommery,  est décédé, quelques années avant. Il vit à Ducey, dans le château qu’à édifié son père.

Sa mère, Suzanne de Bouquetot jouit « de tout le corps de logis neuf et pavillon ducelui avec les jardins et fruitiers et la petite écurie », il ne lui demeure que « les vieilz logis pour sa demeure et son train4« .

Le 8 février 1641 sa mère est inhumée à son tour.D’après Gérard LE PROVOST, historien local, Louis Ier de Montgommery «était un homme ombrageux et chicanier et il ne s’entendait pas très bien avec sa mère qui s’obstinait à ne pas lui laisser le château de Ducey. On doit y voir là une des causes de son mariage tardif à 44 ans (après le décès de sa mère)5».

En 1645, il épouse Marguerite de Matz, fille de Philippe du Matz, gouverneur de Vitré. Le contrat de mariage prévoit que la dot de 60.000 l. sera utilisée par le mari à acheter une terre en Bretagne. Mais 30 ans plus tard, faute d’avoir exécuté la clause inscrite dans le contrat de mariage, Louis Ierest contraint de céder la seigneurie de Ducey à sa femme6. Il l’a récupèrera plus tard, par le truchement de son gendre, Henri Gouyon, comte de Quintin et y élit domicile en16817.

Fidèle au protestantisme, le 23 février de la même année, il atteste de la pratique de la religion prétendue réformée à Ducey :

  » Partage intervenu entre Messieurs les commissaires au sujet de l’exercice de la religion prétendue réformée que Monsieur le comte de Montgommery prétend avoir dans son château de Ducé.

Louis de Montgommery, chevalier comte de Ducé remonte très humblement à Votre Majesté  … touchant à l’exercice de la religion prétendue réformée qui se fait dans sa maison … suppliant de la déclaration qu’il fait que son principal domicile a toujours été  … vivre a présent en sa maison et château de Ducey  … et dit qu’il entend y continuer à l’avenir comme il a fait dans le passé l’exercice de la religion prétendue réformée « . Signature de  » Henry Gouyon Comte de Quintin faisant pour Mr le comte de Ducé  mon beau-père « .

Réponse obtenue :

 » Pour Ducé : Nous trouvons qu’il est bien fondé au avoir d’exercer lad religion prétendue réformée au droit de son fief et châtellenie de Ducé qui est de son plain fief de haubert (…). Cela nous savons par un aveu rendu à la chambre des Comptes par Messire Gabriel comte de Montgommery du second de décembre 1556 dument signé, par un autre acte rendu en la chambre des comtes par Gabriel second conte de Montgommery du 1er décembre 1608 aussi dûment signé8 « .

Les donations de Louis de Montgommery.

Sentant sa mort approcher, Louis Ier de Montgommery fait du ménage dans ses affaires. Le 10 juillet 1681, suite à la mort de son fils Louis II de Montgommery et pour satisfaire à la volonté de ce dernier, Louis Ier constitue une rente de 10 livres en faveur de

« Charles Dubois, chirurgien, bourgeois de Ducey, pour demeurer quitte de la somme de 200 livres léguées audit Dubois par le testament (de Louis II de Montgommery) en récompense des médicaments, peines, salaires et vacations qu’il avoir rendu de son art de chirurgien audit seigneur marquis de Montgommery par deux diverses et différentes blessures qu’il avait reçues de son vivant dans lesdites armées, et dont il décéda de la seconde9« .

Charles DUBOIS serait né à Ducey vers 1643. Il est maître chirurgien d’Avranches et à Ducey tout comme son frère aîné Jean DUBOIS. Il avait épousé vers 1678, Louise BOURSIN. Il est catholique. D’ailleurs, trois de ses frères sont prêtres (Michel Dubois est diacre à Ducey en 1674 avant d’être prêtre, Thomas est prêtre curé de Viré en 1683 et Julien est prêtre en 1681).

Le chirurgien Charles Dubois n’a pas été le seul à profiter des largesses du comte de Ducey. Quelques jours auparavant, François Tabourel et Pierre Leclerc, « tabellions royaux de la vicomté générale du siège des masses de Ducé et du Val d’Oir en Saint-Quentin  » sont convoqués au château de Ducey pour enregistrer une donation que le comte fait au nom de son maître d’hôtel Charles DELAROCHE pour son fils Louis, alors mineur.

Louis de Montgommery,  » lequel de sa franche et libre volonté a baillé, quitté, lésé et délaissé par don gratuit  (…) à fin d’héritage, à Louis Delaroche, fils mineur en bas âge de Charles Delaroche, maître d’hôtel du seigneur comte de Ducé et stipulé par ledit Charles à cause du bas âge dudit Louis son fils, à la charge de faire ratifier et accepter dans l’an de sa majorité si besoin est (….) ».

Charles Delaroche reçoit pour son fils,« une petite place de terre neutre, sans aucune valeur à présent, étant à côté de la portion de terre ci-devant baillé et fieffé par ledit seigneur  à feu Jacques Lericolais l’Aubinière, à présent possédé par ledit Charles Delaroche par fieffé à lui faite par Judith Lericolais, fille dudit Jacques autant que ladite fieffé emporte et de dix pied de laize par le bout qui butte de mur de l’allée couverte du jardin à herbe dudit seigneur à rendre à l’autre hourée ( ?) qui joint au mur du pignon du temple et cimetière où ceux de la Religion prétendue  Réformée font leur assemblée et congrégation et l’autre bout du pilier du temple allant à la fieffé dudit Lericolais, étant de 14 pieds de laize, celui pilier proche le chemin allant du bourg au château dudit lieu de Ducé pour en jouir ledit Delaroche à l’avenir comme il avisera bien à la charge de rendre chacun an ses fois et hommages audit seigneur en sa dite seigneurie de Ducey, sans aucune herbe payer et de clore icelle portion depuis ledit temple de mur de pierre jusqu’à la fieffé ci-devant  fait audit Lericolais et aussi de laisser passer pour enterrer les corps qui décèderont de la dite Religion Prétendue Réformée dans le cimetière de derrière adjacent ladite portion lorsque besoin sera ».

Ducey_feuille


Que savons-nous de Charles Delaroche, maître d’hôtel du comte de Montgommery ?

 Charles DELAROCHE serait né à Ducey vers 1633. Sa famille est attachée à celle des Montgommery. Il est d’ailleurs protestant. Les registres protestants ayant disparu, il nous est difficile de retrouver son acte de naissance et son acte de mariage.

Il épouse à une date inconnue Marguerite PINOT, née vers 1659 qui lui donne quinze enfants connus. Nous ignorons l’année de naissance de son fils Louis dont il est question sur l’acte précédemment cité. Il semblerait que Louis de Montgommery ait été le parrain. Dans l’acte précité, il est précisé que Louis de Montgommery « lui  ayant donné le nom baptismal pour récompense pour Charles (…) des fidèles services que lui a rendu et rend journellement et dont le seigneur a dit être content (…) ».

Il est a été probablement de même pour ses autres enfants qui portent les noms de Gabriel, Suzanne et Charlotte entre autres, des prénoms portés à multiples reprises dans la famille Montgommery. D’ailleurs, Gabriel DELAROCHE, le frère de Louis DELAROCHE, né vers 1680, deviendra plus tard, receveur de Suzanne de Montgommery, la fille de Louis Ier de Montgommery. Cette dernière à probablement été la marraine d’une fille de Charles DELAROCHE, prénommée Suzanne et née vers 1683.

Charles DELAROCHE ne va pas rester protestant encore longtemps. Il se convertit avant le 4 mai 1686 puisqu’à cette date, il fait baptiser son fils Henri. Sur le registre de baptême, il est cité comme « nouveau converti ».

Suite à la révocation de l’Edit de Nantes signée à Fontainebleau le 17 octobre 1685 par Louis XIV, et interdisant le culte calviniste et l’existence légale de la religion prétendue réformée, de nombreuses conversions vont être enregistrées dans les registres paroissiaux. « C’est l’aboutissement d’un long processus d’étouffement du calvinisme10».

Nous ignorons la date de décès de Louis Ier de Montgommery, car il est mort dans sa religion. Marguerite du Matz lui survit. Civilement séparée de son mari, elle renonce à sa succession et se retire à Londres où elle perçoit, chaque année sa pension de 1 800 livres. Les terres de Ducey retombent dans les mains de sa fille, Suzanne de Montgommery. La famille DELAROCHE est toujours présente à Ducey.
Nous la rencontrerons très certainement dans d’autres articles à venir…

—————————————–


  1. Archives Départementales de la Manche, 5 E 3203-3212,  1681 à 
    1688.
  2.  A. Galland, "L'Ancienne église réformée de Pontorson-Cormeray d'après un registre d'Etat civil inédit", inS.H.P.F.,sept.-oct. 1909
  3. Archives nationales T.1536..
  4. Abbé Desroches, Annales Civiles, militaires et généalogiques du pays d’Avranches ou de la Basse-Normandie,Caen, 1857, p.378.
  5. Gérard Le Provost, Entre Sienne et Sée, Chérencé-le-Héron et 
    ses voisines. 1988.
  6. Table des Masses, Archives de Lerouxel, en dépôt aux archives 
    de la Manche. Note de M. Nédélec dans sa notice sur le château de Ducey.
  7. J.M. Vallez, Les temples de l'Avranchin sous le règne personnel de Louis XIV in Nédélèqueries, Société d’Archéologie et d’Histoire de la Manche, Saint Lô, 1994
  8. Archives Nationales TT 243 (XIII
  9. Archives de la Seine Inférieure (II B.153, Pièce 85, f° 207-213.
  10. Le Didac’doc, service éducatif des Archives Départementales de la Manche, n°3, novembre 2009.

Publicités
Cet article, publié dans => Personnalités, Ducey, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s