La Boulouze : les métiers et le moulin

Publié le 30 Novembre 2013

La lecture des registres paroissiaux et de l’État Civil de la Boulouze permet de cerner les activités exercées par la population de cette petite commune qui n’a jamais dépassé les 220 habitants

Sans en avoir établi le pourcentage exact, on peut cependant dire que la population est composée dans sa très grande majorité de laboureurs / cultivateurs ( un décompte rapide évalue le taux à 98% ). La vie est essentiellement tournée vers la terre et c’est dans ce milieu rural qu’est élu le conseil municipal en son entier et ce tout au long du XIX ème siècle et bien après.

Le petit nombre d’actes d’état civil établis par an à la Boulouze, a permis de relever ces divers métiers.

Sauf dans l’agriculture, il n’y a pas de métier exercé sur plusieurs générations, mis à part une famille de meuniers où le fils succédera au père.

Le tableau suivant donne, par grands secteurs d’activité, le métier exercé, l’année ou il a été trouvé, le nom de celui ou celle qui le pratique et éventuellement a provoqué l’inscription de l’acte sur le registre.

Liste des métiers excercés

 

metiers
exercés

Année
trouvée

Commentaires

Métiers divers

Blanchisseuse 1866
  • Mlle ROCHEFORT Marie Françoise Jacqueline, 21 ans
Bourrelier et Laboureur 1832
  • BOISNEL Guillaume, 25 ans.Il exerçait ces deux métiers
Cordonnier et Laboureur 1819
  • AUBOIN Marius, (naissance d’un enfant). Il exerçait ces deux métiers.
Couturière 1844
  • LORANCE Marie Anne, 26 ans,
Horloger 1806
  • BOUGON Nicolas, »aurloger » (sic), à la Boulouze
Sage-Femme 1751
  • Marie LOQUÉ, Vve Vanier.

Profession retrouvée une seule fois.

Généralement cette activité est indiquée lors de l’accouchement d’une fille-mère. C’est la sage-femme qui vient déclarer la naissance auprès des autorités compétentes ( le curé avant la Révolution).
Dans le présent acte, la fille-mère a accouché chez des gens qui l’ont recueillie, près de la croix de la Boulouze. Elle n’avait pas où se réfugier, ses parents l’ayant répudiée.

Dans le cas de naissance d’un « bâtard », nom de désignation d’un enfant sans père légitime, pendant longtemps, la mère était contrainte de dire le nom du procréateur ; le nom était alors consigné dans l’acte de naissance.

La sage-femme assistait également les naissances légales. C’est elle qui baptisait le nouveau-né en cas de danger de mort.

Métiers corde et fil

Filassier 1783
  • TROCHON Nicolas, à la Charrurie
Fileuse 1835
  • MASSU Reine, 64 ans, à la Charrurie (épouse de Jean DOLLÉ, journalier)
Fileuse 1835
  • BINDEL Jeanne, femme LETOURNEL, décédée à 37 ans, à la Charrurie
Fileuse 1856
  • BARBE Marie Julienne, à St Ermel; ( son décès)
Tisserand 1793
  • LECOMPAGNON Gilles, section du B. de la Nicolière
Tisserand 1786
  • PINSON Gilles à la Lézantière
Tisserand 1834
  • LETOURNEL Joseph, 32 ans, à La Charrurie.

le 5/9/1856 , LETOURNEL Joseph, 41 ans, ancien tisserand à La Vergée, est décédé à l’hôpital de Sainte-Marie, (acte transmis par le centre pénitencier).
Il avait été condamné comme étant l’auteur de plusieurs incendies. Dans son procès, il est indiqué qu’il tissait des toiles. (voir l’article : La vie dissolue de Joseph Letournel )

Bo-blog-tissage

Métiers de la pierre

Les trBo-blog-casseuse-caillouxois métiers de la pierre ci-dessous sont exercés au village de la Charrurie. Ce dernier est situé sur l’axe Avranches – Mortain.
Malgré les trois appellations différentes, il pourrait s’agir de personnes affectées à l’entretien de la route, des cantonniers
Casseur de
pierres
1876
  • ROCHEFORT Michel, 65 ans, village de la Charrurie, (acte pour la naissance d’une fille)
Perrieur de
pierre
1888
  • GREUVILLE Jacques,décédé à 60 ans, à la Charrurie.

Le perrieur est une personne qui est carrier, qui casse de la pierre.(vieux mot)

La perrière, dans certaines provinces désignait une carrière. C’est une transformation du mot pierrière.

Cantonnier 1895
  • LEROUX Jean Marie Aimé, 42 ans, à la Charrurie

Métiers du bois

Charon 1791
  • PINSON Bertand, à la Gauterie
Charon 1839
  • FRANÇOIS, 31 ans, à la Charrurie
Charpentier 1894
  • CORBIN Henri, 39 ans, à la Nicolière
Menuisier 1777
  • JOUENNE Jean, à la Boulouze (pas de nom de village)
Menuisier 1836
  • CORBIN Gilles, 30 ans, à la Boudazière
Sabotier 1844
  • LELÉE François, 33 ans, à la Nicolière
Sabotier 1860
  • MARTIN André, 33 ans, au bourg (naissance d’un enfant de sa femme sabotière)
Sabotier 1861
  • JOUENNE François, 35 ans
Sabotier 1882
  • VIEUVILLE Jacques, 57 ans, à la Charrurie

Métiers de l’agriculture

Laboureur
Cultivateur
Cultivatrice 

Évolution à
partir des
registres

Trois appellations pour désigner le même métier prédominant et nettement majoritaire de la Boulouze.Jusqu’à cette année 1799, le mot « laboureur » est le seul employé.
Vers 1799, apparition du terme « cultivateur » ; « Laboureur » reste cependant utilisé.
Vers 1802 : le terme « cultivateur » devient majoritaire puis c’est le retour vers 1812 de « Laboureur ».
Il semble que l’utilisation de « Laboureur » ou « Cultivateur » dépend de l’officier municipal chargé des actes.
Vers 1838 : réapparition prédominante de « cultivateur » dans les registres.
« Laboureur » reste toujours employé mais pour une femme, cultivatrice s’impose malgré le terme rare de « Labouratrice » employé par un officiel municipal inovant.
A partir de 1857, le terme cultivateur prédomine peu à peu, laboureur disparaît.
  Différence entre laboureur et cultivateur :
(Dictionnaire Académie Française 1798)Laboureur :
Celui qui laboure ou qui fait métier de labourer la terre.
Labourer : remuer la terre avec la charrue ou la bêche, ou la houe.
Cutivateur :
Celui qui cultive la terre.
Cultiver : Faire les travaux nécessaires pour rendre la terre plus fertile, et pour améliorer ses productions
Bo-blog-labours
Journalier 1749
  • Pierre LETIMONNIER, âgé de 35 ans, évoqué pour son mariage
Journalier 1835
  • DOLLÉ Jean, 60 ans (époux de Reine MASSU, fileuse)

Métiers marchands

Marchand 1791
  • JOUENNE Julien, à la Boulouze. Il n’est pas spécifié de quelle marchandise il est marchand.
Marchand 1801
  • VERNIER Jean, à la Boulouze (idem JOUENNE)
Marchande
regrattière
1868
  • Décès de BOUGON Jeanne, 63 ans,, au village de la Macère. Fille de BOUGON Nicolas, horloger décédé en 1806 à la Boulouze.

Regrattier ou regrattière.
C’est un terme ancien qui désigne un vendeur de pain, sel, poisson de mer, oeufs, fromages, volailles et gibiers.
C’est aussi une personne qui vend de seconde main des marchandises de médiocre valeur.

Meunerie

Meunier 1794
  • LÔRENCE Jean, au moulin de la Boulouze.

Première indication sur les actes du meunier de la Boulouze.
Mais le moulin est certainement beaucoup plus ancien.

Meunier 1819
  • JOLY François est meunier, (son métier est indiqué sur l’acte de naissance d’une de ses filles), au moulin de la Boulouze

Le 10 juin 1819, décès de sa fille Virginie
Le 24/03/1821, décès du meunier JOLY François, 36 ans au moulin de la Boulouze,
le 29 novembre 1821 décès de son fils Auguste François, 5 ans, déclaration faite par la mère,
Le 12/11/1822 décès de son fils Jean François, âgé de 13 ans 1/2. Il est noté sur le registre qu’il est orphelin de père et de mère.
Françoise Maillard, femme du meunier, est décédée depuis la mort de Auguste, le fils de 5 ans, mais l’acte de décès n’a pas été retrouvé sur les registres de la Boulouze.

Meunier et
Laboureur
1821
  • LECHEVRETEL Joseph, (acte de naissance d’un enfant).
    Il exerçait les deux métiers.
Meunier 1826
  • RESTOUT Jean, 26 ans en 1826, naissance d’une fille de sa femme EVARD Jeanne Françoise.

Le 17/12/1851, décès de sa femme.
Le 15/9/1859, il se remarie à la Boulouze avec Dlle Amélie FAUTREL de Marcilly, âgée de 26 ans, domestique au Mesnil-Ozenne.
Le 17/11/1861, naissance d’un enfant, en « sa maison au moulin ».
En 1865, décès de sa soeur, (au domicile de son frère) , au moulin de la Boulouze.

Le 27 avril 1866, Jean RESTOUT présente un enfant, né de sa femme Amélie FAUTREL, en sa maison à la Bruière. Ils sont cultivateurs.
En 1871, naissance d’une fille, au village de la Brière. Le couple a abandonné la meunerie, il est maintenant cultivateur à la Bruière.

Meunier 1870
  • FAUCON Armand, 25 ans, meunier au Moulin de la Boulouze. Naissance d’un fils : François Armand

Nous ne savons pas s’il a pris aussitôt la succession de RESTOUT, entre 1865 et 1866.

En 1872, naissance de jumeaux mort-nés, au moulin.
28/05/1873, FAUCON Armand, 28 ans, meunier à la Boulouze, naissance d’un fils.

06/12/1877 : Décès de FAUCON François, 41 ans moulaire (meunier?) chez son frère Armand, meunier à la Boulouze

06/03/1880 : FAUCON Armand, 31 ans, meunier, naissance d’une fille.

12/01/1892 : Décès de FAUCON Amand, meunier à la Boulouze, né le 22/3/ ??? à Montgothier

Meunier
domestique
1873
  • Décès de LE TEURTOIS (dans la marge écrit : LE TERTOIS) Pierre François, au moulin de la Boulouze. Décédé en la maison du meunier FAUCON Armand
Meunier 1897
  • FAUCON François Armand, décédé au moulin, célibataire, né le 24/08/1870, fils de Armand FAUCON.

Il a donc pris la suite de son père.

Meunier 1900/
1903
  • JOUENNE Jacques Victor, 35 ans, naissance d’un enfant de sexe masculin, de sa femme DAPILLY Clarisse, 37 ans, meunière avec son mari au village du moulin ; était encore meunier en mars 1903 (naissance d’un enfant).

————————————————

  • Ensuite il n’y a plus de trace d’activité de meunerie sur les registres d’état civil.

 

Comme on peut le constater, ces activités sont excercées en dehors du bourg. Il y a bien deux marchands mais le terme marchand est flou et vaste (marchand d’animaux, de négoce, de cidre…) et le lieu de leur domicile n’est pas cité.

___________________________________________________________

Le moulin de la Boulouze

Situation géographie

Situé sur le ruisseau du Moulin, le lieu-dit « Le moulin de la Boulouze » existe toujours sur le cadastre, près de St-Ermel, au carrefour de trois routes. Le cadastre dit « napoléonien » de 1831 en donne l’emplacement exacte.

Bo-blog-moulin-cadastre-1831

Le type de moulin en fonctionnement à la Boulouze

C’est un moulin à grains. Il est recensé comme tel vers 1830.

Un moulin à eau se compose de trois parties principales:

  • la roue
  • la vannellerie ou vantellerie : ce sont les ouvrages en bois (ou maçonnerie) qui retiennent et distribuent l’eau
  • le bief : canal conduisant l’eau au moulin.

Il existe deux types de moulins à eau :

  • La roue au dessus de l’arrivée d’eau (ou roue à palettes ou à aubes) ; elle tourne par la seule poussée du courant. (schéma 1)
  • La roue en dessous (ou roue à augets ou à pots). Elle est mue par le poids de l’eau emplissant les bacs.

Le rendement est plus important. (schéma 2)

Bo-blog-div-typ-moulins

Le site du « Moulin de la Boulouze » est relativement plat. Il suffit de voir les nombreux méandres du ruisseau pour constater que dans le cas (2), il aurait été nécessaire de réaliser un bief important pour amener l’eau à la roue. Or aussi bien sur les cadastres de 1831 et 1933, il n’y a pas trace de bief.

On peut donc supposer que le moulin de la Boulouze correspondait au schéma (1), la roue tournait par la seule poussée du courant.

Que reste-t-il du moulin ?

Le cadastre de 1933 indique toujours la présence des bâtiments.

Bo-blog-moulin-cadastre-1933

Mais en 1965, la photo aérienne nous montre que la nature a repris ses droits, il ne reste que des traces.

Bo-blog-vue-aer-1965

En 2012

Plus de trace du moulin, il ne reste que le ruisseau au fond du vallon. Un tas de pierre de l’autre côté de la petite route est le seul témoin de l’activté humaine des siècles passés.

Bo-blog-site-mouli-2012

 __________________________________________________

 NB : Bien évidemment, l’Histothèque Jean-Vitel serait heureuse de connaître un peu plus l’histoire de ce moulin.

Donc si vous possédez des renseignements, des documents, des photos, des témoignages… contactez-nous (bouton « contact » sur bandeau noir, sous photo, haut de l’écran), nous réaliserons des copies pour compléter notre maigre dossier !

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Boulouze (La). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s