Saint-Quentin : Amand MANCEL de Valdouer

 Un affairiste au milieu du XIXe siècle

Né le 13 juillet 1815, au village du Val d’Oir, à Saint-Quentin-sur-le-Homme, Amand François Marie MANCEL s’est, semble-t-il, établi un plan de carrière digne d’un personnage de Balzac. (bien lire Amand comme sur son acte de naissance)

Ses parents, laboureurs, sont originaires de Brécey. Son père, Gilles décéde en 1826 à Saint-Quentin, laissant veuve sa femme Jeanne Marie Françoise FONTAINE. Une des sœurs d’Amand, Modeste, née à Brécey est enterrée dans le cimetière de Saint-Quentin où l’on voit toujours sa tombe.

Lors du mariage de cette sœur Modeste en 1832, contrairement à ses deux autres frères Gilles et Dominique, Amand n’est pas cité comme témoin et n’est pas non plus signataire des actes de mariage civil et religieux.

Mancel_genealogie

Les différents documents et articles de journaux de l’époque, à cheval sur les périodes Louis Philippe et Napoléon III, permettent de suivre l’évolution de Amand Mancel dans le monde de l’argent et des affaires.
La chronologie de ces documents souligne la montée en puissance des affaires d’Amand Mancel, laissant deviner un plan bien établi pour faire fortune.

Actuellement, aucun renseignement n’a été retrouvé concernant sa formation et ses études, mais il semble qu’au début de sa vie active il ait exercé (ou qu’il en ait eu la formation) le métier de clerc de huissier à Avranches.

1 ) 1836 : Sa distinction en tant que Chevalier de La Milice Dorée

Un des premiers documents le concernant est une nomination et distinction qu’il reçoit pour « ses mérites », à 21 ans : il est fait « Chevalier de la Milice Dorée ».
Cette distinction l’autorise à porter la Croix, le Ruban, les Éperons, linsignes de cet ordre catholique.

_MancelMilice_doree_attribut_V1

 

« Cet homme illustre Mancel de Valdouer (Amand-François-Marie, naquit le 13 juillet, l’an de Jésus-Christ 1815, dans la commune de st Quentin, arrondissement d’Avranches, Diocèse de Coutances, en France, _______A celui qui est nommé chevalier de la milice Dorée, Comte du Palais, et de la cour de Latran, Salut et tout plaisir.

Nous croyons juste et raisonnable d’accorder nos faveurs et nos grâces aux personnes recommandables par leur noblesse et leurs vertus. Ainsi donc puisque le Paul III, d’heureuse mémoire, par ses lettres apostoliques, expédiées sous le sceau de Plomb et datées de St Pierre de Rome, l’an de notre Seigneur 1539, le 18 des Calandes de Mai, la 5ème année de son Pontificat, a concédé à nos ancêtres, aussi bien qu’à nous, et à tous les autres de la famille et de la race des Sfortia, entre autres pouvoirs, la libre et ample faculté de créer des Chevaliers, des soldats Dorés, des comtes du Palais, et de la cour de Latran, de les instituer, de les ordonner solennellement ; d’accorder à ceux que nous en jugerions dignes, le titre , le grade et les insignes de Chevalier de la Milice Dorée, de Comte Palatin, comme il est plus longuement expliqué dans les lettres précitées : lettres confirmées par Jules III, par Grégoire XIII, et par Six-Quint d’heureuse mémoire : puisque d’ailleurs vous avez fait supplier en vertu des pouvoirs à nous conférés, de vous instituer, de vous ordonner Chevalier, soldat Doré, et comte du Palais et de la Cour de Latran, de vous accorder le titre, le grade et les insignes de Chevalier de la Milice Dorée et de Comte Palatin, Nous, à cause du grand mérite des vertus que nous reconnaissons et que nous trouvons dans votre personne très distinguée, voulant vous honorer du titre d’une considération et d’une dignité spéciale, en vertu des pouvoirs apostoliques qui nous ont été conférés, nous vous créons, nous vous instituons, et nous vous ordonnons solennellement Chevalier de la Milice Dorée, comte du Palais sacré, et de la Cour de Latran ;

Nous vous honorons, du titre, du grade et des insignes du chevalier, de soldat doré, et de Comte Palatin, et nous vous réunissons et vous inscrivons favorablement au nombre des grands Chevaliers de la Milice Dorée et de Comtes du Palais Sacré et de la Cour de Latran ; Dans l’avenir, nous vous accordons, comme étant Chevalier, et Soldat Doré, la licence et la faculté de porter, sur votre poitrine, à un éperon doré une croix d’or ; nous vous permettons aussi d’orner votre pallium d’une même croix attachée avec de l’or et de la soie rouge ; nous vous accordons le pouvoir, comme étant Comte Palatin, d’accompagner, avec tous les autres Comtes, le très Saint Père notre seigneur ; nous vous donnons aussi le droit de faire une Couronne comme tous, vous avez le pouvoir et la facilité de vous féliciter de chacun de vos privilèges, de ces grâces, de ces honneurs, et de ces prérogatives dont d’autres chevaliers, soldats dorés et comtes palatins se servent sont en possession, se réjouissent, et dont ils doivent et ont coutume de se servir, d’être en possession et de se réjouir, et dont enfin ils peuvent se servir quand-même ils l’auraient déjà pris auparavant ; En vertu de l’autorité apostolique qui nous a été conférée, nous vous accordons la faculté et l’ordre de vous munir de notre sceau. »

Mancel_decoration_milice_doree

 

  • L’Ordre des Chevaliers

Appelé également Ordre de l’Éperon d’Or, ou Ordre des Chevaliers Dorés, ou Ordre des Chevaliers-Pie, ou Ordre de la Milice Dorée

Cet ordre a été créé dans les états romains, en mars 1559, par le pape Pie IV, sous le nom d’Ordre de la Milice Dorée, dans le but de récompenser les personnes qui se distinguaient dans les sciences, les arts et les armes. Les membres portaient le titre de Chevaliers-Pie, du nom du fondateur de l’ordre. Plus tard, il prit la dénomination de l’Éperon d’Or, et se conserva pendant des siècles avec la pureté de son institution primitive.
Il fut successivement confirmé par les papes qui suivirent Pie IV, et notamment par Grégoire XIII, en 1572 ; Sixte V, en 1585 ; Benoît XIV, en 1740. Mais le temps l’altéra, et, plusieurs familles princières de Rome, des dignitaires de l’État, nonces, légats, s’étant arrogé le privilège d’en conférer les insignes, il fut accordé sans réserve ni ménagement, et perdit la considération dont il avait si longtemps été entouré, ce qui engagea le pape Grégoire XVI à le remplacer, le 31 octobre 1841, par l’ordre de Saint-Sylvestre, ou de l’Éperon d’Or réformé. (Ref :  http://www.infobretagne.com/ordres-chevalerie_3.htm )

2 ) 1838 La création du journal Le Vendeur

En 1838, le journal « Le Vendeur » est créé, avec comme directeur de l’administration, Hippolyte Delarue, et comme rédacteur en chef Amand Mancel.
Bien que s’étant déjà attribué le titre de Mancel de Valdouer, pour le journal il n’est que Mancel.
Cette publication s’est d’abord spécialisée dans la vente de biens immobiliers puis ventes et achats d’actions et appels de fonds pour placements financiers. Il y a au moins 101 numéros, sur trois ans.

Mancel__journal_Vendeur (FILEminimizer)

3 ) Activités industrielles et financières
en 1845 : prise d’actions dans une société de Chemin de fer

Mancel_actions_chemins_fer
On le retrouve, sous le nom de Mancel de Valdouer, possesseur d’actions d’une société anonyme formée à Paris et appelée « Chemin de fer de Montereau à Troyes ».

4 ) 1847 : son mariage

Le 19 juillet 1847, il se marie sous le nom de Mancel de Valdouer avec Aimée Léonie Rodrigués Joséphine GAY de VERNON, née en 1828, originaire de Limoges (référence :  archives reconstituées de Paris)

Mancel_mariage (FILEminimizer)

Le couple a-t-il eu des enfants ? Aucun document n’en fait mention.

5 ) Édition de livres

Mancel_edition_livreEn 1848, est édité par la Librairie Saint-Jorre, La République de la Tyrannie du Capital ou le seul remède à la crise dont l’auteur est Amand Mancel, directeur générale de la Sécurité Commerciale.
Autre parution mentionnée dans la presse : Solution de la crise financière par Mancel de Valdouer, fondateur de la Sécurité Commerciale et du Crédit maritime, chez Beauté, imprimeur.

Comme pour sa décoration de Chevalier de la Milice Dorée, ces livres traitant de finance, le nom de la société  Sécurité Commerciale permettent de mettre en confiance ses interlocuteurs.

6 ) 1854 / 1855 : brevets et permis de recherches

En 1854 et 1855, Mancel dépose divers brevets concernant les chemins de fer : un des brevets porte sur des rails permettant la traction soit par force animale soit par force motrice.
Mancel_brevets

 

Mancel_brevet_2

Des permis de recherche lui sont accordés en 1854, pour des mines d’antimoine, de plomb, de cuivre … dans le N.O. de Guelma, en Algérie.

Mancel_permis_recherches

7 ) 1855 Appel à souscription pour la Cie des chemins de Fer Départementaux

On peut lire dans le Journal « la Gazette » en date du 20 mai 1855 que la Compagnie générale des Chemins de Fer Départementaux au capital de 25 millions de francs a lancé une souscription d’actions de 100 francs chacune. Cette souscription sera bientôt close, indique le journal.
Toute demande d’actions doit être adressée à Mancel de Valdouer, Directeur-général de la Société.
La Compagnie pose des rails sur les routes ordinaires
Il est également indiqué : La Compagnie espère également commencer très prochainement les travaux de la ligne de Rennes à la mer (61 kilomètres, passant par Sens, Antrain et Pontorson).

Mancel_chemin_fer_Rennes_Pontorson
Mais un conflit existant avec une autre Société pour cette dernière ligne entraine un jugement du tribunal. Mancel de Valdouer gagne ce procès contre la Société Bretonne de Targuières.

Mancel_action_chemin_fer

 

8 ) 1856 : Année d’évènements

  • dépose de brevets d’invention
    Le 15 octobre 1856, un autre brevet d’invention concernant une chaîne sans fin de traction des wagons est déposé par le Sieur Mancel de Valdouer. Il habite à Paris, rue de Taitbout, N° 11.
  • Établissement d’une Convention entre le Comte d’Avigdor et Mancel de Valdouer

Mancel_AG_verif_comptes Compte-rendu de l’assemblée Générale de la Cie des Chemins de Fer 
Une assemblée des Actionnaires en date du 26 (mai?) 1856 nomme une commission de cinq membres chargée d’examiner les traités passés entre le Comte d’Avigdor et Mancel de Valdouer ainsi que la vérification des comptes de la Compagnie des chemins de fer départementaux.

Suivant l’article du Moniteur de l’Assurance et de la Navigation, en date du 5 juillet 1856, Mancel cède sa position acquise au sein de la Compagnie Générale des Chemins de Fer Départementaux en faveur de d’Avigdor. Après avoir exposé le bienfondé de la Compagnie et son potentiel de développement, un résumé du rapport de la commission évoquée précédemment fait part de la difficulté d’obtenir de nouvelles concessions d’exploitation auprès les Autorités, d’où la transformation en Société Anonyme et le retrait de Mancel, gérant et fondateur de la Compagnie. Le Comte Henri d’Avigdor la reprend donc, à charge pour lui de la transformer en SA.

Après présentation des comptes arrêtés au 31 mai, le Président confirme la convention entre Mancel de Valdouer et le Comte Henri d’Avigdor. Suivant l’accord passé, D’Avigdor acquiert à ses risques et périls tout l’actif social avec les charges qui y sont attachées moyennant une somme égale au montant des actions en circulation, soit trois millions quarante et un mille sept cents francs !
Au cours de cette Assemblée, les comptes et la gérance de Mancel sont approuvés. Pour faciliter la nouvelle création, il démissionne de la Compagnie. Tous pouvoirs sont donnés au Comte d’Avigdor pour la création de la Société Anonyme.

En fin de séance, l’Assemblée vote à l’unanimité les remerciements à Mancel de Valdouer pour le zèle et l’intelligence avec lesquels il a administré la Société et géré les intérêts de la Compagnie.

Remarque :
En cette même année 1856, des membres de la famille de Mancel, de Saint-Quentin-sur-le-Homme, en particulier un neveu, s’établissent en Angleterre pour y créer un établissement bancaire.

9 ) 1857 

  • Soirée mondaine de Mme Mancel de Valdouer

Madame Mancel de Valdouer accompagne, par le chant, le musicien Sivori lors d’une soirée à Limoges le 24 juin 1857.(revue de la Gazette Musicale de Paris)
Camillo Sivori a été l’ami et l’élève de Niccolò Paganini mais il a également étudié avec Agostino Delle Piane et Giacomo Costa, Dès 1827, Camillo Sivori débute une carrière de concertiste itinérant qui durera presque sans interruption jusqu’en 1864. Il a vécu quelques années à Paris.

Mancel_soiree_mondaine_de_madame

  • Le Crédit Européen

En 1857, des articles du journal des « Annales de la Bourse » font l’éloge du dynamisme de Mancel de Valdouer à la tête du Crédit européen dont « plus de 200 des premières maisons bancaires européennes font partie ».

10 ) 1858 : Les problèmes judiciaires

  • Déclaration de faillite

Le 8 août 1858, La Gazette de l’Industrie et du Commerce annonce 2 faillites en date du 28 juillet 1858 :

– A. Mancel de Valdouer et Cie Générale des chemins de fer départementaux
– Laurent de Blois et Cie générale des chemins de fer d’embranchement
même juge et même syndic pour les deux affaires.

Mancel_faillite

  • Séparation de biens entre les époux Mancel

Le même journal, mais en date du 3 octobre 1858, annonce de la séparation de biens entre les époux Mancel, suite à jugement du 22 septembre 1858. Les époux Mancel habitent toujours 11 rue Taitbout à Paris.
C’est la même adresse que lors de la dépose des brevets en 1854/1855.

  • Commentaires de la Gazette de l’Industrie et du Commerce

Le 14 novembre 1858, la Gazette rappelle les promesses de développement des Chemins de Fer Départementaux et les versements pour achat d’actions et financement qui s’en suivirent.
Mais l’entreprise tombée des mains de Mancel en celles de Laurent de Blois s’est arrêtée et a provoqué une plainte en police correctionnelle.
Le même article apporte son soutien au procédé de chemin de fer américain utilisant divers types de traction (chevaux et vapeur)

A remarquer : Tout comme Mancel, Laurent a associé à son nom son lieu de naissance : Blois.

  • Compte rendu du jugement du tribunal correctionnel de Paris

Mancel ne s’est pas présenté au tribunal, Laurent de Blois est seul.
Mancel est accusé :

– de manœuvres frauduleuses pour persuader l’existence de fausses entreprises et d’un crédit imaginaire, et faire naître l’espérance de gains chimériques,
– de faire remettre des souscriptions et fonds à un grand nombre d’actionnaires de la Société de Chemins de fer
– d’avoir escroqué tout ou partie de la fortune d’autrui
– d’avoir détourné à son profit des titres d’actions et des sommes d’argent prévues pour la Société.

Laurent est accusé :

– d’avoir émis des titres au porteur sans justification de souscriptions
– de s’être fait consentir la cession de tout l’actif de la Société et avoir ainsi escroqué tout ou partie de la fortune d’autrui
– d’avoir détourné une quantité considérable d’actions à son profit.
– D’avoir commis le délit de banqueroute en tant que commerçant, etc.

Le Sieur Mancel dit de Valdouer, réfugié à l’étranger, est condamné par défaut à cinq ans de prison, 3000 francs d’amende, cinq ans d’interdiction des droits civils et trois ans de durée de contrainte par corps.
Laurent est condamné à quinze mois de prison, 2000 francs d’amende, cinq ans d’interdiction des droits civils et trois ans de durée de contrainte par corps.

Mancel_jugement_1 Mancel_jugement_2

11 ) Que devient Mancel ?

Un courrier de 1859, rédigé par le neveu de Mancel, établi en Angleterre, nous apprend que son oncle (est-ce Mancel ?, le neveu ne nomme pas cet oncle), se remet d’une maladie, et que lui, le neveu, espère avoir dans les prochaines semaines un gros succès sur une opération financière en cours.
Ce courrier nous apprend également que sa tante, restée en France pour l’hiver, revient du Midi à Paris.

« Ma chère mère
J’ai bien reçu ta dernière lettre et j’ai été bienheureux de savoir que vous vous portiez bien. J’ai aussi reçu une lettre de Paul, il y a 10 jours. Lui aussi allait bien.
Mon oncle est entièrement guéri. Maintenant il se porte à merveille.
Ma chère mère, ici, il n’y a pas grand chose de nouveau. Cependant les affaires semblent reprendre et j’espère que nous allons enfin réussir une affaire qui va nous donner de l’argent. Cette affaire sera terminée, nous l’espérons, dans un mois, si toutefois d’ici là, il n’arrive aucun événement imprévu qui vienne encore une fois renverser nos espérances.
L’hiver est la bonne saison pour les affaires. En ce moment, tous les riches commerçants reviennent de la campagne et de l’étranger où ils ont passé l’été.
Ma tante est revenue du midi de la France où elle était allée prendre les bains. Elle est toujours à Paris. Il est probable qu’elle ne viendra pas à Londres avant le printemps prochain. Elle n’y viendra certainement pas cet hiver. Cette saison ici est trop détestable non pas qu’il y fasse froid, mais il y pleut continuellement et y fait toujours très humide et avec tout cela le sempiternel brouillard jaune comme un citron.
Tout l’été à Londres il n’y a presque personne, toutes les personnes que je voyais de temps en temps sont allées passer 2 ou 3 mois à la campagne, sont sur le bord de la mer ou dans l’intérieur de l’Angleterre ou même sur le continent.
Mr et Mme Sargood dont je t’ai déjà parlé, je crois, sont à Brighton (prononce Braïtonne) depuis 3 mois et reviennent à la fin de ce mois. C’est pour moi une maison très agréable. On y est très gentil pour moi et j’y vais 3 ou 4 fois par semaine.
Je me suis ennuyé tout l’été. Maintenant que voilà l’hiver arrivé j’espère avoir l’occasion de m’amuser un peu et d’aller dans quelques soirées.
J’aurai aussi des billets de théâtre.
Si nous réussissons comme nous l’espérons, Paul viendra ici dans 2 ou 3 mois au plus tard.
J’espère décidément aller vous voir l’été prochain. Il y aura déjà trois ans. Comme le temps va !
Mes compliments à mon oncle A…is(?) que tu embrasseras pour moi.
Mon oncle me charge de ses amitiés pour vous tous.
Nous nous portons bien.
Je t’embrasse de tout mon coeur, ma chère Mère et te prie d’embrasser pour moi tous ceux qui sont autour de toi et Virginie.
Ton fils qui t’aime bien
PS : Mes compliments à mes oncles et tantes.
Réponds moi bientôt……. surtout beaucoup de nouveaux.

1864 Décès de sa femme
D’après les relevés de généalogie, Aimée Gay de Vernon est décédée en 1864, à Paris, à l’âge de 35 ans.

En 1866 article de la Gazette
En Italie, afin de gérer le canal, Cavour (du nom du de l’homme politique italien à l’origine de sa création) une compagnie appelée Compagnie du canal Cavour a été créée. En 1862, le Canal Cavour est concédé à une compagnie anglo-française appelée Compagnie Générale d’Irrigation Italienne.
Or les Annales du Sénat français, en 1867, évoquent des difficultés et la faillite de la Société du Canal Cavour spoliant des actionnaires français. Le texte parle de manœuvres équivoques, de simples prospectus présentés comme documents officiels faisant « briller aux yeux des capitalistes crédules des garanties illusoires » !
Suite à la faillite de cette Société, l’article de la Gazette fait part de la fuite d’un Mancel, vice-président du conseil d’administration. Est-ce Mancel de Valdouer ? Est-ce à relier au gros coup évoqué par le neveu dans sa lettre à sa mère ?

12 ) 1867 Étude sur la spéculation financière (Extraits)

Entre autres cas, les condamnations de Mancel et Laurent ont fait l’objet d’études de la part de G. Duchêne.
L’auteur démonte le mécanisme des faillites frauduleuses des deux hommes. Il cite en particulier le courrier « cynique  » envoyé par Laurent aux curés des paroisses.
Duchêne fait également un rappel de la vie de Mancel et de ses manœuvres ayant abouties à cette faillite.

Mancel_etude_mecanisme_1 (FILEminimizer) Mancel_etude_mecanisme_2 (FILEminimizer)

 Moralité ?

Si la fortune acquise par le neveu de Mancel a été conséquente (il est revenu, riche, habiter une maison cossue, rue de la Constitution, à Avranches) , elle a disparu dans les emprunts russes !

Document intégral avec références : Histothèque Jean-Vitel,

Publicités
Cet article a été publié dans => Personnalités, Saint-Quentin-sur-le Homme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s