Le canton de Ducey dans la ferveur de Napoléon.

Au cours du XIXème siècle, la France a connu une grande instabilité politique. Entre empires, monarchies, républiques et révolutions, les français sont confrontés aux mutations sur fonds de crises et de ruptures. Le canton de Ducey supporte tous ces changements comme tous les villages de France. Cependant, la presse locale et les archives communales conservent encore aujourd’hui, les traces d’une certaine ferveur de Napoléon.

aigle

Le premier Empire

Les souvenirs du petit caporal devenu empereur et de ses nombreuses campagnes militaires à travers l’Europe, ont marqué la population française tout au long du XIXème siècle. Après l’abdication de l’empereur signée le 5 avril 1814 et son adieu à sa vieille Garde le 20 avril 1814 à Fontainebleau, beaucoup de soldats vont entretenir la légende de l’Empereur. Cette dernière est largement relayée par les œuvres littéraires des grands auteurs comme  Alfred de Vigny, Alfred de Musset, Honoré de Balzac, Victor Hugo, Stendhal et bien d’autres.

Jacques-Louis_David_-_The_Emperor_Napoleon_in_His_Study_at_the_Tuileries_-_Google_Art_Project_2

Jacques Louis DAVID, Napoléon dans son cabinet de travail – National Gallery of Art, Washington DC – https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20330165

Sur notre canton ducéen, nombreuses sont les familles à avoir donné à leurs enfants, au cours de ce siècle, le prénom de Napoléon. Les récits sur l’épopée napoléonienne, ses célèbres batailles ou encore les témoignages des anciens soldats amis ou membres de la famille ont nécessairement contribué à cet engouement. Mais nous serions tentés de penser que la conviction politique d’un des parents ait pu également participer grandement à ce choix.

061_001

Ainsi, le relevé des prénoms donnés à la naissance d’un enfant, de 1800 à 1815, d’après les registres d’état civil du canton est révélateur du nombre des familles favorables à Napoléon 1er. On constate, que la commune de Poilley enregistre à elle seule six enfants portant le prénom de Napoléon.

Le  premier à y être recensé est Napoléon COLET, né le 30 avril 1801.

Charles BERTHELOT, teinturier au Pavement à Poilley, nomme son fils Napoléon Henri BERTHELOT, le jour de sa naissance le 13 janvier 1806. Le grand-père de l’enfant est PINOT DE LA BODINAIS, maire de Poilley. L’intérêt que porte la famille BERTHELOT sur la personne de l’empereur s’expliquerait également par l’implication de deux frères de Charles, prénommés Jean (ou François) et Pierre, dans la campagne napoléonienne de Russie, puisque ces deux derniers y ont été portés disparus.

Pierre GILBERT laboureur, prénomme son fils Elie Napoléon GILBERT à sa naissance, le 27 mai 1806. François Louis Napoléon Abel TESNIERE est baptisé en mars 1807 et Napoléon Maxime DUTEIL, né le 20 avril 1807, également. Puis suivra Nicolas Napoléon PAYEN vers 1809.

Les habitants des autres villages du canton semblent moins démonstratifs que les Polluciens. Les communes de Juilley et de Ducey vont enregistrer chacune deux enfants : Louis Napoléon SAUVE, né le 21 septembre 1805, et Napoléon LAMPERIERE le 6 juin 1806 pour Juilley ; et Magloire Napoléon Michel HIROU né le 11 juillet 1809, fils de Jean-François HIROU et Catherine Jeanne SAUVE, et Napoléon Jacques RENOULT, né le 9 juillet 1810 pour Ducey. Le père de ce dernier, Ambroise Pierre RENOULT, est un militaire retraité, originaire et domicilié dans la cité.

Napoléon Jacques THEAULT, né le 3 février 1812, est enregistré à la mairie de Saint-Quentin-sur-le-Homme. Son père est couvreur de paille. Les registres de Les Chéris enregistrent la naissance de Jean Napoléon LEBREC né le 18 février 1812, déclarée par son père Pierre, menuisier.

A Céaux, Napoléon Jean Julien GAUCHET, fils de Guillaume, laboureur, né le 11 septembre 1811, et François Jean Jacques Napoléon GAUCHET, le 23 avril de la même année.

Courtils, Crollon, Précey, Le Mesnil-Ozenne, La Boulouze et Marcilly n’ont pas de Napoléon dans les listes de l’état civil au cours de cette période.

La municipalité de Ducey s’implique aussi activement en répondant au décret impérial du 25 mars 1810. Elle présente au préfet de la Manche, un militaire retraité choisi par Messieurs les membres de la commission du canton pour faire partie des 6000 militaires ayant fait campagne et propose de le  marier avec une fille de la commune le 22 avril suivant (Voir l’article « Les mariés de l’Empereur » ).

1815

Charles de Belprey, ancien directeur des fortifications de Cherbourg, colonel du Génie, et président de la députation du collège électoral du département de la Manche, et dont le frère Nicolas est propriétaire des Blotteries à Juilley en 1804, témoigne de son attachement à l’empereur :

A Napoléon, 28 mai 1815,

« Sire, plus que jamais le peuple français doit se presser autour de vous. L’Europe reprend une attitude menaçante. La France veut être indépendante et libre: ses ennemis veulent se la partager, ou lui prescrire la manière dont elle doit se gouverner, si les moyens que suggère la prudence, si une noble émulation ne peut conjurer cette nouvelle tempête. Sire, la confiance des Français est tout entière dans votre génie et dans leur courage, ce grand peuple le secondera de ses forces, vous vous souviendrez de ce que vous avez fait pour lui. Tant d’exploits éclatants, tant de vertus, de constance et de gloire ne seront pas perdus. La France a besoin de la paix, mais eIle sent plus vivement encore celui de son indépendance. Les sacrifices les plus pénibles lui coûteront peu pour la défendre; cette fière et bouillante jeunesse qu’on prétend asservir, vous suivra dans les camps ; les vœux de la nation entière vous y accompagneront, et le ciel se déclarera, n’en doutons pas, pour la juste et la plus sainte des causes. »

————————————
Biographie des Faux Prophètes vivants, T. 1 , 1821 – La Société des Gens de Lettres.

Enfin, on peut noter qu’à Ducey, la famille Fleury a probablement été bercée par les anecdotes et les souvenirs de Pierre Julien FLEURY, huissier originaire de Saint-Hilaire-du-Harcouët venu s’installer dans le bourg ducéen après avoir participé aux campagnes napoléoniennes de 1814 et 1815. Ses deux fils, Constant et Emile deviendront maires, ainsi que son petit-fils Albert, entre 1870 et 1921.

 

Le second Empire

Napoleon-3

Charles-Louis Bonaparte

Après le départ de l’empereur pour l’île de Sainte-Hélène, un semblant d’Ancien Régime est rétabli en France avec l’arrivée sur le trône de Louis XVIII, puis de Charles X qui lui succédera, avant d’être remplacé par la Monarchie de Juillet en 1830 (voir article sur le comte de Semallé). Louis-Philippe prend ensuite le pouvoir, la bourgeoisie s’enrichit et la misère du peuple s’accroît. Le peuple finit par réclamer et obtenir en 1848 la IIe République. Charles-Louis Bonaparte, neveu de Napoléon, se présente à la présidence de la République comme symbole d’ordre et de sécurité. Il est élu au suffrage universel masculin à 74,2 % des voix pour quatre ans.

L’échéance approchant et désirant rester au pouvoir, Louis-Napoléon organise un coup d’Etat le 2 décembre 1851, qui a des répercutions dans toute la France. Louis-Napoléon devient  Napoléon III.

Election 2 décembre 1851

Résultats des votes de l’arrondissement d’Avranches.

A Ducey, le comte de SEMALLÉ, domicilié à Versailles, alors propriétaire du château de Ducey, s’informe sur les positions des locaux auprès de maître BARON, son régisseur. Ce dernier nous raconte la teneur de sa réponse dans un courrier daté du 17 décembre 1851 :

« Enfin, j’avais l’honneur de répondre à la lettre de René (de SEMALLÉ) et de lui faire connaître la position de notre pays à la fin des événements qui avaient eu lieu. Je lui disais que le pays était tranquille, que les socialistes avaient songé un instant à s’insurger et qu’ils avaient cru devoir attendre à un meilleur temps. Que la campagne, dans l’espoir d’un meilleur avenir, voterait masse pour le président et que les légistionnistes étaient les plus surveillés de tous les partis ».

————————————-
Archives Départementales de la Manche, 107 J 108.

Au cours de l’année 1852, Louis-Napoléon Bonaparte propose au peuple de réinstaurer l’Empire. La presse locale publie les manifestations publiques en sa faveur. Le 31 octobre, paraît un article signé du maire et des conseillers municipaux de la commune de Précey, dans lequel, est transcrite une délibération datée du 17 octobre précédent, dont voici la teneur :

A Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Président,
1° La République a toujours fait peur aux habitants de Précey ;
2° la République a produit l’anarchie ;
3° Louis Napoléon a détruit l’anarchie le 2 décembre
4° le mot République existe encore ; notre peur continue.
Pour couper court : le maire et les membres du Conseil, à l’unanimité, nomment Louis-Napoléon Empereur des Français. Nous lui jurons obéissance et fidélité.

A la mairie de Précey, le 17 octobre 1852.
(Suivent les signatures du maire, adjoints et conseillers municipaux).

————————-
L’Avranchin, 31 octobre 1852.

Un référendum sur le rétablissement de l’Empire est organisé, les 21 et 22 novembre. Le peuple français répond oui à 96 % à cet intitulé : « Le peuple veut le rétablissement de la dignité impériale dans la personne de Louis Napoléon Bonaparte, avec hérédité dans sa descendance directe, légitime ou adoptive, et lui donne le droit de régler l’ordre de succession au trône dans la famille Bonaparte, ainsi qu’il est prévu par le sénatus-consulte du 7 novembre 1852 ».

Le Baron Dorsenne (voir article sur le baron Dorsenne ) natif de Ducey et figure importante d’Avranches, n’hésite pas à manifester son émotion. Il fait publier les justificatifs et le discours  suivant :

« M. le baron Dorsenne, colonel en retraire, commandeur de la Légion d’Honneur, et chevalier de Saint-Louis, s’est vu privé par une circonstance indépendante de sa volonté, du bonheur d’entendre proclamer l’Empire dans notre ville ;  il avait l’intention d’exprimer publiquement sa cordiale adhésion au gouvernement de Napoléon III.
Voici le discours qu’aurait prononcé M. le baron Dorsenne :

« Gloire et reconnaissance à l’Empereur Napoléon III, qui, marchant sur les traces de son immortel devancier, a su, de sa puissante main, comprimer l’anarchie, raffermir la société sur sa base, sauver la civilisation.
Vive l’Empereur !
Tel est le cri de la France ! Tel a été le mien.

J’ai versé mon sang pour mon pays et pour mon Empereur, alors que l’Empire c’était la guerre ; mon plus grand regret, à la fin de ma carrière, c’est de ne pouvoir, au sein de la paix glorieuse et féconde que Napoléon III va donner à la France, prêter à mon Empereur un concours aussi utile que mon cœur est dévoué. Vive l’Empereur !

Baron Dorsenne »

—————
L’Avranchin,
le 12 décembre 1852.

ob_62e96a_baron-d-orsenne-001

Le Baron Dorsenne

On donne à nouveau les prénoms de Napoléon à quelques nouveaux-nés du canton : Louis Napoléon Auguste FAUTREL (né le 21 mai 1849 à Marcilly) – Napoléon Marie HULIN  (né le 15 août 1853 à Poilley) – Napoléon Henri Alexandre BERTHELOT( né le 6 octobre 1855 à Poilley) – Louis Napoléon LETOURNEUR (né le 23 mai 1857 à Ducey).

bapteme gravure

De nombreux habitants du canton prendront part aux expéditions lointaines et à l’expansion coloniale, comme Henri Pascal LEPRIEUR : entré au service militaire en 1856, il a participé à quatorze campagnes, et a été décoré de la médaille militaire et de celle du Mexique[1]. Ou encore Alexandre Edouard RAOULT DESLONCHAMPS, de Ducey, médecin militaire présent à la bataille de Sedan. Le canton subira de nombreuses pertes en Crimée et dans le conflit avec la Prusse, comme beaucoup d’autres.

La prise de Sébastopol le 8 septembre 1855 a donné lieu à un article, publié dans l’Avranchin du 7 octobre suivant, portant le titre « On nous écrit de POILLEY » :

« La nouvelle de la prise de Sébastopol a excité partout le plus grand enthousiasme.

La commune de Poilley, canton de Ducey, a eu à cette occasion une fête qui laissera de longs souvenirs parmi ses habitants.

Le dimanche 30 septembre, 130 souscripteurs se sont réunis, avec l’autorisation de M. le Préfet, dans un banquet sous la présidence de M. Godin, maire. Plusieurs habitants de Ducey avaient sollicité et obtenu l’honneur d’assister à ce banquet patriotique.

Plusieurs toasts ont été portés à l’Empereur et à l’armée d’Orient, et les cris de : Vive l’Empereur ! ont souvent été répétés avec enthousiasme. On voyait au nombre des convives trois vieux soldats de l’ancienne armée, qui étaient au comble du bonheur. Il appartenait à la commune de Poilley de donner un pareil exemple. – Son patriotisme ne s’est jamais démenti.- Elle est fière de n’avoir jamais eu un seul déserteur, et elle s’enorgueillit d’avoir eu autrefois un tel nombre de pensionnés militaires, qu’ils absorbaient à peu près les contributions de la commune. L’ordre le plus parfait a régné, et la fête s’est terminée par une quête pour les pauvres ».

—————————-
L’Avranchin, 7 octobre 1855.

On remarque que le zèle du conseil municipal de Poilley n’avait donc point fléchi, entre le premier et le second Empire !

La IIIe République est proclamée deux jours après l’humiliante défaite de Sedan, le 2 septembre 1870, entraînant la fin de l’Empire. L’armée allemande ne tarde pas à arriver aux portes de Paris, encercle la capitale et proclame le IIe Reich, le second Empire.

Trois enfants du canton seront encore baptisés avec les prénoms de Napoléon, un à Crollon en 1883, un à Ducey et le dernier recensé à Poilley en 1891, mais dont le père domicilié dans la commune, était un journaliste originaire de Corse[2] !

[1] Décédé au domicile de son frère, boulanger dans le bourg de Ducey, le 1er avril 1871.
[2] Antoine Christophe VANUCCI déclare à la mairie de Poilley, la naissance de son fils Charles Antoine Napoléon, né le 8 août 1891.

Publicités
Image | Cet article a été publié dans => Communes, => Personnalités, Coutumes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s