Les Maufras, de Crollon (2)

Les Maufras Du Châtellier

Jean Maufras, fils de François Maufras et d’Olive Farou, nait vers 1672. Il se marie avec Anne Cornille, de Précey, le 3 février 1717. Jean est sieur (propriétaire) du Châtellier à Poilley. Il adjoint le nom de sa terre à son nom et devient Maufras du Châtellier.

Remarque : Il ne faut pas confondre la famille Cornille, de Précey, avec la famille du Grand Pierre Corneille, de Rouen, comme certaines généalogies anciennes le font. Nombreux sont les Cornille qui vivent encore dans le Sud-Manche et à Précey !

b2_cadastre_Le_Chatellier

La descendance de Bretagne

B2_tissuLouis François Maufras, fils de Jean, naît au Châtellier, à Poilley, en 1718. Après des études auprès d’un parent prêtre, il se marie à Rennes avec Jeanne Chevillard, fille d’un marchand. Il est dit « Sieur du Châtellier ».

Louis devient également marchand de tissus et de soies en cette ville. Sept enfants au moins naissent à Rennes de cette union.
C’est sous le nom de Maufras Duchâtellier que ses enfants sont baptisés, et parmi eux René Louis en 1754. Parrains et marraines sont désormais choisis dans « la Robe » : milieu des avocats, procureurs …

B2_signature_louis_maufrasLouis travaille ensuite comme économe et archiviste à l’abbaye Saint-Georges de Rennes. Bon archiviste, il classe des titres politiques, à Landerneau, grâce à ses connaissances remarquées de paléographe.

Pour rétablir sa fortune ébranlée, il se consacre à l’agriculture, défriche des terres et acquiert la propriété des Noëttes, à Bréal-sous-Montford (35).

C’est toujours sous le nom de Maufras Duchâtellier qu’il est élu, vers 1793, Officier Public, fonction qu’il quittera peu après le décès de sa femme, fin 1793.

Redevenu simple juge de paix, il décède en son domicile des Noëttes en 1797 à près de 80 ans.

René Louis Maufras Duchâtellier, fils de Louis Maufras et Jeanne Chevillard, achète une charge de sénéchal en 1789 à Rennes.

Sénéchal de Rennes : Officier Royal de robe longue, qui est chef d’une justice subalterne.(dic. Académie française, 1798)

Il se consacre, dans un premier temps, à l’émancipation de la bourgeoisie. Nommé en 1791, commissaire du roi près du tribunal criminel de Quimper, il est révoqué comme suspect au pouvoir politique.

B2_tribunal_quimper

Lors de la Révolution, il devient quartier-maître de l’armée vendéenne et échappe de peu à l’échafaud après la défaite de ce corps.

Devenu commissaire exécutif près du tribunal de Quimper, il juge les tristes exploits des « chauffeurs », bandes de criminels, pendant la Révolution, qui brûlaient les pieds des gens pour leur soutirer leurs économies.

B2_avocat_XIXDès lors, sa carrière au sein des tribunaux sera tributaire des divers gouvernements. Il prend sa retraite, en 1841, alors qu’il est vice-président du tribunal de Quimper. (Ref : Essai Généalogie Ascendante De Marie-Thérèse Bresson, Henri Léon Bresson, 1889).

René Louis Maufras Duchâtellier marié à Reine Le Bastard de Kerguiffinec a un fils, Armand René, dont le souvenir est toujours présent dans le Finistère.

Armand René Maufras Duchâtellier, né à Quimper en 1797, suit ses études à Rennes. Attaché à l’administration des douanes à Douarnenez, en 1820, il est muté dans les Ardennes, suite à un égarement politique de jeunesse.

Il se marie, en 1826, à Alexandrine Huard. Son beau-père, à sa mort en 1850, lui attribue le château de Kernuz. Armand Maufras Duchâtellier s’attachera à la rénovation du monument.

Descriptif de la chapelle du château Kernuz

  • Édifice de plan rectangulaire comprenant un petit porche voûté d’arêtes, une nef et un petit choeur. Les plans sont dus à l’architecte Joseph Bigot.

  • Mobilier Boiseries de l’autel constituées de fragments anciens partiellement dorés.

  • Vitraux : portraits d’Armand Maufras du Châtellier (1797-1885) et de son épouse née Huart.

  • Nombreuses plaques de marbre portant les inscriptions tumulaires de la famille Maufras du Châtellier.

(réf : http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PONTLABB.pdf)

Il séjourne tour à tour en Bretagne ou à Paris pour ses diverses activités successives. Il fréquente, dans la capitale, les milieux de la politique et de la littérature. Il prend part à la Révolution de 1830, à Montmartre.

Nostalgique de son pays natal, il y revient vers 1831 en tant qu’inspecteur des prisons et bureaux de bienfaisance, dans le Finistère. Mais pour améliorer l’éducation de ses enfants et pour raison de santé, il passe quelques années à Versailles vers 1850. En 1858, c’est le retour définitif dans le Finistère, à Pont-L’Abbé.

Très tôt, il commence à rédiger des ouvrages sur sa région dont l’Histoire de la Révolution en Bretagne.

B2_femmes_photo                               B2_livre_duchatellier

Membre correspondant de l’Académie des sciences morales, il en devient le président, tout en participant à de nombreuses sociétés savantes.

Auteur prolifique, connu surtout sous le nom de Duchâtellier, tout l’intéresse : l’horticulture, l’aide aux démunis, le monde ouvrier agricole… et l’archéologie.

Il est maire de Pont-L’Abbé de 1874 à 1877. Une avenue porte son nom.

Il décède en plein travail le 27 avril 1885, en son château.

Du mariage d’Armand Maufras Duchâtellier et d’Alexandrine Huard naît Paul Maufras Duchâtellier (1833-1911) appelé Paul Duchâtellier.

B2_chateau_kernuz

B2_chateau_kernuz_actuel

 

 

 

 

 

B2_portrait

 

Paul Maufras Duchâtellier se consacre tout d’abord à la peinture de « Marines ». Mais il se tourne rapidement vers l’archéologie et devient un éminent spécialiste de la Bretagne.

Membre fondateur de la Société de préhistoire de France et grand collectionneur, il transforme, avec l’aide de son père, son château de Kernuz en musée.

Voici quelques fouilles réalisées par Paul Maufras Duchâtellier

  • les dolmens de Plovan, Renongard et Crugou ;
  • les tumulis de l’Age du Bronze ;
  • la sépulture à pointes de flèche de Kerhué-Bras à Plonéour-Lanvern ;
  • une série de tombes dans les Monts d’Arrée.

Lors de ses recherches, il découvre, dans les Monts d’Arrée, des populations rudes vivant dans des habitations comme à l’époque de la pierre.

B2_pointes_fleches

Pointes de flèche

A sa mort, la majeure partie de sa collection est transférée au musée national de Saint-Germain-en-Laye.

B2_tableau_riviere

Tableau de Paul Maufras Duchâtellier

À suivre…

 

Cet article a été publié dans => Personnalités, Crollon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s