L’école à Céaux vers 1920 d’après trois photographies

Des photos oubliées dans les tiroirs de l’armoire d’un aïeul, ou encore celles jaunies dans les vieux albums de famille, apportent une foule d’informations à celui qui sait prêter attention aux détails.  Ces instants figés sur le papier nous « racontent » ces petits riens qui jalonnaient la vie de nos ancêtres.

A partir de trois photographies représentant des élèves de la commune de Céaux, datant des années 1920, et grâce à l’identification des enfants et des enseignants posant sur ces dernières, nous allons tenter d’analyser les informations relevées.

La première photo datant de l’année scolaire 1920-1921, représente l’école des filles et la seconde,prise en 1924, celle des garçons devant l’école de Céaux.

Nous savons que les deux enseignants se nomment  Lucie Marguerite LEGUAY-DELAUNAY et Pierre LEGUAY.  En complétant ces données par les informations consultables sur le site des Archives Départementales de la Manche mais aussi sur les bases de données généalogiques en ligne, on apprend que Pierre LEGUAY est né le 6 octobre 1883 à  Fontenermont dans le Calvados. Les registres d’état civil du Calvados étant également en ligne, on découvre sur la mention en marge de son acte de naissance, qu’il a épousé le 17 avril 1911,  Lucie Marguerite DELAUNAY à  Villiers-Fossard.

Les deux écoles publiques de Céaux ont donc pour enseignants un couple, comme c’était souvent le cas à cette époque. Parmi les élèves qui se trouvent sur la photographie de 1924, nous avons Henri LEGUAY, l’enfant unique du couple, né en 1912.

On peut remarquer que la majorité des garçons porte de blouses réglementaires et des sabots tandis que les filles ont des souliers et sont vêtues de manière très soignée. Des rubans ornent les cheveux de certaines d’entre elles et d’autres ont, autour du cou, des médailles ou une croix. Les sœurs AUBRÉE (n°22 et 26) et BLIER (n°24 et 25) ont les mêmes robes. Il est probable que la photographie des jeunes filles ait été prise à l’occasion  de festivités. Il en est peut-être de même pour les garçons dont quatre arborent ce qui semble être une médaille.
La venue du photographe pour l’occasion pourrait l’expliquer. On note cependant que la tenue vestimentaire plus ordinaire des garçons et les modestes sabots qu’ils chaussent en majorité, diffèrent de la première photographie.

  1. Lucie LEGUAY, institutrice
  2. Louise PRUNIER
  3. Renée ROUSSEL, épouse LEMÉNAGER
  4. Germaine DUGUEPEROUX, épouse ROUSSEL
  5. Marguerite FLEURY, épouse DODIBON
  6. Marie LOUANGE, épouse LUMÉ
  7. Marguerite LEROUX, épouse PARISY
  8. Antoinette DOMIN
  9. Antoinette FLEURY, épouse THÉBAULT
10. Marie-Louise GUERANDEL
11. Geneviève DESMIER
12. Pauline PRIME
13. Marguerite PRUNIER
14. Marie BENOIT, épouse TABOUREL
15. Maria FLEURY, épouse OZENNE
16. Philomène PROVOST
17. Renée BONNIEUL, épouse MURIE
18. Maria MASSELIN 
19. Denise ABRAHAM
20. Marie PORÉE
21. Louise BRIQUET, épouse PORÉE
22. Madeleine AUBRÉE, épouse FAISANT
23. Marie OZENNE, épouse BRAULT
24. Marie BLIER, épouse LOTTIN
25. Fernande BLIER, épouse MOREL
26. Fernande AUBRÉE, épouse FERAL
27. Juliette JOSSELIN
28. Lucie THIEURMEL, épouse LAURENT.


Les noms des élèves révèlent aussi des fratries comme les BRIQUET. Sur la photo de 1924, une maman :Marie-Josèphe GAIGNEUX, épouse de Jean-Marie BRIQUET, se tient en retrait du groupe avec son fils Francis âgé de quatre ans. Son frère jumeau, Lucien, pose devant l’objectif au 1er rang (n°14) aux côtés de ses frères :Emile âgé de 7 ans (n°12) et René : 12 ans (n°10). Sur la photographie de la classe des filles, leur sœur Louise est photographiée au 1er rang(n°21) trois ans plus tôt.

Plus de trois années se sont écoulées entre ces deux photos. Nous savons, toujours par les archives, que Pierre LEGUAY perd son épouse Lucie le 10 mars 1922. Elle s’éteint à Céaux, à l’âge de 34 ans. Pierre était donc veuf.

L’instituteur quittera la commune de Céaux à une date inconnue et se mariera une seconde fois avec une autre institutrice publique, Berthe Marie Marguerite LECISNE, à Lozon le 23 août 1924. Ils finiront leur carrière ensemble à l’école primaire de Quibou et Pierre décédera en 1954.

Une troisième photographie de l’école des garçons non datée, met en scène une nouvelle fois l’instituteur Pierre LEGUAY.
Si vous reconnaissez un des enfants sur la dernière photo, contactez-nous.
Nous pourrons ainsi peut-être situer approximativement l’année.

Affaire à suivre…

Cet article a été publié dans Céaux, Enseignements, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’école à Céaux vers 1920 d’après trois photographies

  1. Benoit dit :

    Beau travail de recherche qui donne une tranche de vie précise dans cette petite commune

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s