La naissance de l’association des anciens combattants du canton de Ducey

A la fin de la Grande Guerre, et comme beaucoup de communes françaises, le canton de Ducey se voit doter d’une association cantonale des anciens combattants qui perdure encore aujourd’hui.

François DUPRÉ, ancien combattant et maire de Crollon de 1945 à 1963.

Le contexte

Dès 1916, de nombreux blessés et mutilés de guerre attendent désespérément dans les hôpitaux de France, leur retour à la vie civile. De ce problème, vont naître de nombreuses associations d’anciens combattants.

Dans un premier temps, des associations se créent dans le but d’apporter de l’aide aux mutilés en permission mais également aux réformés confrontés à de grandes difficultés matérielles et morales. Sur plus de 2,8 millions de blessés, la France se retrouve avec 300 000 mutilés, 200 000 invalides (amputés, gazés, aveugles, gueules cassées, et.) et leur retour à la vie active ne se fait pas sans difficultés.

C’est pour défendre les mutilés que l’Union Fédérale des associations françaises de blessés, mutilés, réformés, anciens combattants de la grande guerre, veuves, orphelins et ascendants (UF) est fondée le 11 novembre 1917.  Cette association d’anciens combattants a vocation, selon ses statuts, à défendre le patrimoine matériel et moral des anciens combattants dont les aides tardent à venir. Elle compte 14 720 membres en 1918 et 119 898 l’année suivante.

Un an plus tard, une autre association voit le jour le 11 décembre 1918 : l’Union nationale des Combattants fondée par Georges Clémenceau et le père Daniel Brottier, aumônier militaire. Elle a pour but de maintenir et resserrer les liens qui unissent les combattants de la Grande Guerre, aider et rendre hommage aux actes de courage des poilus par des commémorations et le culte du souvenir et, enfin, la reconnaissance de la Nation  envers ces combattants.

A Ducey

C’est dans ce climat d’entre-aide que le dimanche 3 août 1919, une réunion des combattants de la Grande Guerre a lieu à Ducey, dans la salle de justice de  paix, afin d’y discuter des bases d’une « association fraternelle entre tous ceux qui ont été appelés à la défense du pays”.

Un bureau y est formé et il est ainsi composé :
–        le président d’honneur : Dr. FLEURY
–        le président : M. TRINCOT de Juilley
–        le vice-président : M. BACHELOT de Ducey
–        le secrétaire : M. TISON, notaire
–        le secrétaire-adjoint : M. DELATOUR
–        le trésorier : M. TROCHON, quincailler
–        le trésorier-adjoint : M. Louis FERGOT, fils

Les délégués du canton sont :
–        Céaux : Jean-Marie JUIN
–        Courtils : François LIOT
–        Crollon : David ORVAIN
–        Ducey : M. BACHELOT, M. TISON, Dr.René TIZON
–        Les Chéris : Albert BOUCAULT
–        Marcilly : Victor LALOY
–        Juilley : Henri MOREL
–        Le Mesnil-Ozenne : François GUIBERT
–        La Boulouze : François VAUPRES
–        Poilley : Henri PICHON
–        Précey : Paul DESCLOS
–        Saint-Quentin-sur-le-Homme : J.-B. LEVILLAYER

Le 2 novembre 1919, Dr. FLEURY, maire de Ducey et président du conseil d’arrondissement, remet au nom de la ville de Ducey, un drapeau à l’Union des Combattants du Canton de Ducey. Un cortège composé d’enfants et de toute la population se rend ensuite au cimetière, pour déposer des fleurs sur les tombes des soldats morts pour la patrie.

Vers 16h, dans la salle du patronage, se tient une cérémonie de la remise aux familles des morts, des diplômes de la Reconnaissance Nationale.

Il faudra attendre 1921 pour que l’édification d’un monument aux morts dédié aux soldats tombés sur le front, soit confiée à l’artiste Gabriel Forestier. Les anciens combattants trouveront en lui, un symbole du sacrifice des combattants disparus mais aussi, un lieu pour se recueillir tous les ans, en plein cœur de la cité.

Inauguration du Monument aux morts de Ducey le 21 août 1921,
en présence des anciens combattants.
Pour en savoir plus sur le monuments aux morts de Ducey.

Les photos des anciens combattants du canton

Les anciens combattants du Mesnil-Ozenne vers 1925.
On reconnait au premier rang, au centre, Charles LERET élu maire de la commune de Marcilly le 11 février 1922, ancien soldat au 79 R.I.T.
LERET s’était distingué le 12 février 1916 pour « sa belle conduite aux tranchées sous le bombardement violent où il reçut plusieurs blessures sérieuses ».
– Journal de l’Avranchin, 6 mai 1916.
Les anciens combattants de Marcilly vers 1930.
Inauguration du monument aux morts de Les Chéris le 5 mai 1921, en présence des anciens combattants et de leur porte-drapeau.
Anciens combattants de Ducey.

L’Histothèque Jean-Vitel est toujours à la recherche de photos d’anciens combattants. N’hésitez à nous contacter si vous souhaitez nous confier des copies de vos archives, documents ou photographies.

Cet article a été publié dans => Communes, => Personnalités, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s