Un procès de sorcellerie à Saint-Quentin-sur-le-Homme

Décembre 1694, le haut fonctionnaire et intendant de justice, police et finance de la généralité de Caen : Nicolas-Joseph Foucault (1643 -1721) prend la plume pour relater dans ses mémoires, un fait qui l’indigne.

Nicolas-Joseph Foucault (1643 -1721)

« Le sieur de Glatigny, lieutenant criminel d’Avranches, a fait arrêter un prêtre, une femme et une fille de la paroisse de Saint-Quentin, aux quels il fait le procès comme sorciers.

Sur la présence de la procédure, j’ai trouvé la preuve fort légère.

J’ai même parlé aux accusés en présence de M. l’évêque d’Avranches, et nous avons reconnu que la fille était un esprit faible et d’une réputation qui n’était pas entière. On prétendit qu’elle était devenue enceinte du fait d’un cavalier en quartier d’hiver à Saint-Quentin, et que, pour sauver son honneur, elle dit qu’elle avait été ensorcelée et corrompue au sabbat par ce prêtre, qui avait soixante ans.

Le prêtre a tout méconnu, et le sieur de Glatigny l’a fait dépouiller tout nu et lui a fait enfoncer des aiguilles dans les parties de son corps pour chercher la marque insensible.

J’ai informé M. le chancelier de cette belle procédure, et, en attendant ses ordres, j’ai fait surseoir à cette instruction, qui se faisait à grands frais, aux dépens du roi[1]».

Claude Gillot, le sabbat des sorcières.

Même s’il lui est d’usage de se conformer aux mœurs et aux usages régionaux, l’intendant Foucault réfute les condamnations pour sorcellerie.

Et il n’est pas le seul à s’indigner sur ces procès. Quelques années auparavant, le président du Parlement de Rouen Claude Pellot (1619-1683) en fonction entre 1670 et 1683 intervient dès qu’il lui est possible contre les condamnations à mort de prétendus sorciers. Il entretient une correspondance avec Colbert dont il avait épousé sa cousine. Voici un extrait d’une lettre adressée au ministre de Louis XIV, non datée.

« … Je trouve, Monsieur, bien dangereux, sur la déposition de quatre ou cinq misérables, qui ne savent le plus souvent ce qu’ils disent, de condamner des personnes à mort… La matière, il me semble, est assez importante, afin que S. M. fit quelque règlement la-dessus, et que les juges seussent quelles preuves il faut pour condamner pareils gens. Car il y en a qui s’en moquent, d’autres qui ne s’en moquent pas et qui les font brusler, et il est fascheux que l’on voye que l’on se joue ainsi de la vie des hommes… »[2].

Claude Pellot était déjà intervenu auprès de Colbert a sujet d’un des procès les plus connus dans la Manche : celui des sorciers de la Haye-de-Puits en 1670. Les Archives Départementales de la Manche lui consacre un article[3].

Finalement, les accusés ont été graciés. Il semblerait que ce soit le cas également pour les trois accusés de Saint-Quentin. De plus en plus, l’élite condamne cette pratique archaïque et impose son exclusion du champ judiciaire.

 «En juillet 1682, un édit de Louis XIV réglemente les procès en sorcellerie ; le crime de sorcellerie est transformé en délit d’escroquerie ; seuls subsistent les crimes de sacrilège et d’empoisonnement »[4].


[1] Nicolas-Joseph Foucault, Mémoires de Nicolas-Joseph Foucault, éd. Frédéric Baudry, Paris, Imprimerie impériale, 1862.

[2] O’Reilly, Mémoires sur la vie privée et publique de Claude Pellot, conseiller, maître des requêtes, intendant, et premier président du Parlement de Normandie (1619-1683) : d’après de nombreux documents inédits, notamment sa correspondance avec Colbert et le chancelier Séguier. Claude Pellot, premier président du Parlement de Normandie, éd. H. Champion (Paris) et E. Cagniard (Rouen), 1881-1882.

[3] http://www.archives-manche.fr/Histoire-et-documents/p1732/Les-sorciers-du-Cotentin

[41] idem


Cet article a été publié dans Coutumes, Non classé, Saint-Quentin-sur-le Homme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s