Jan Vitel, poète né à Poilley

Jan Vitel, poète né à Poilley

 

1524, naissance de Ronsard1533, naissance de Montaigne1569, naissance de Vitel

 

 

1572, massacre de la St Barthélemy.

 

~ 1574, Robert du Bois, seigneur de St Quentin et de Précey.

 

1577 (22 juillet) événement de la « Prinse du Mont Saint Michel »

 

1584 – 1586, peste à Rennes

 

1585, mort de Ronsard

 

1588, publication des Premiers exercices poétiques

1594, Henri IV entre dans Paris.

~1595, > ~ 1605, Vitel prêtre à Poilley ?

1610, assassinat de Henri IV

 

Jan de Vitel (1) (la particule est douteuse), serait né le 17 février 1569 à Poilley (50), suivant un acte de baptême de cette paroisse, à « l’ombre des grands bois de Lentilles, dans un manoir », précise-t-il dans ses poésies. Cependant, les Vitel n’auraient été que propriétaires bordiers de cette demeure appartenant à Robert du Homme. Il serait devenu orphelin jeune.

 

Il reçoit une éducation de son oncle, curé de Granville, qui lui apprend la versification. A la mort de celui-ci,, il est âgé d’environ dix ans. Il part pour Rennes où il continue ses études. Mais la peste de 1584-1586 le contraint à partir pour Condac, (Poitou ? Charente ou plus certainement près de Vannes ? ) où de fortes amitiés le lient avec Vivien, poète lui même.
La peste mais aussi une intrigue galante l’obligent à rejoindre Paris où il apprendra la mort de son ami Vivien.

Quelles y sont ses activités ? On l’ignore, mais il publie en 1588 (il a 19 ans), ses « Premiers Exercices Poétiques » . Il les donne comme une oeuvre de début en attendant d’autres volumes. Par la suite, il n’y a plus trace de Jean Vitel en tant que poète.

 

Dans les registres paroissiaux de Poilley, on voit figurer entre 1595 et 1605 un Jean Vitel, prêtre, dont tout donne à penser que c’est notre poète. Rentré dans les ordres a-t-il renoncé à taquiner la Muse?

Normand de cœur, Vitel a été attaché également à la Bretagne, l’Anjou et le Poitou. Versé dans l’étude des poètes anciens, il vantera son ami Vivien et son maitre, Ronsard.

Chacune de ses œuvres tend à être une requête pour de l’argent ou tout au moins une protection. Ce caractère quémandeur n’avait rien d’extraordinaire au XVIe siècle, Ronsard, lui – même, usait du procédé.

Son intérêt local est incontestable. Il a chanté, d’une manière symbolique ou directe, les grandes familles du pays, ses grands établissements religieux telles que la cathédrale d’Avranches,l’abbaye de Montmorel, et celle du Mont-Saint-Michel.

Son principal poème, la Prinse du Mont-Saint-Michel, célèbre un évènement important : la reprise de cette abbaye par de Vicques, genthilhomme catholique du château de l’Ile Manière,en St Quentin, sur les soldats du Sieur Touchet, genthilhomme huguenot, qui s’étaient déguisés en pèlerins. Le poème s’accorde parfaitement avec le récit de l’historien du Mont Saint Michel, le Frère Le Mancel,témoin et acteur de l’évènement (2),  lui conférant un incontestable intérêt historique.

Publications de 1588, sous le titre de Premiers exercices poétiques :

La Prinse du Mont-Saint-Michel, Discours à Messieurs d’Avranches, l’Hymne à Pallas, Eglogue dressée sur l’accueil de Messire Goerges Pericart évesque d’Avranches…, Élégies,Tombeaux…

Exemple de poésie :

Le sautelant troupeau des Dryades gentilles
Qui caroloient au frais des grands bois de Lentilles
(Manoir qui fut mon bers grand tout premieremêt
Je humé la clarté des feux du firmament
Manoir qui m’est vrayment plus cher et delectable
Que ne seroit d’un Roy le palais admirable)
1) Sources : La Prinse du Mont Saint Michel de Jan Vitel, 
introduction et notes de E. Robillard de Beaurepaire, Avranches Anfray éditeur, 1861 ; 
Les premiers exercices poétiques de Jean de Vitel([Réimpr.])
publiés avec une introduction par Ch.-A. de Robillard de Beaurepaire (1828-1908). 
Éditeur scientifique, Bibliothèque d'Alençon, Collection : Société des bibliophiles normands
2 ) Contredisant ainsi le récit moins exact de l'historien 
la Popelinière ( les Recherches de La Popelinière, Liv. 39, p 285)

Jan_Vitel_Vitel couverture poésies

 A la bibliothèque de Caen en 2011

De 1588, d’un autre imprimeur, avec les mêmes caractéristiques typographiques que Estienne Prevosteau :
Les premiers exercices poëtiques / de Jan de Vitel avranchois : Contenans l’Hymne de Pallas, La Prinse du Mont Sainct Michel, L’Imitation de deux Idyll. du Grec de Theocrite, Discours, Eclogues, Odes, Elegies, & Tombeaux….– A Paris : de l’Imprimerie de Pierre Hury, 1488 [= 1588].– 204 p. ; 15 cm
cote FN A 1748 RES

La prinse du Mont-Saint-Michel / de Jan de Vitel, poëte avranchois ; publiée avec une introduction et des notes par Eugène de Robillard de Beaurepaire.– Avranches : A. Anfray, 1861.– 67 p. ; 20 cm
cote FN A 329 RES

« Les premiers exercices poètiques » de Jan de Vitel, Avranchois, à Paris MDLXXXVIII.
La réédition de cet ouvrage en 1904, par la Société des Bibliophiles Normands, avec introduction de Robillard de Beaurepaire,
cote FN B 638 / 68 RES

E. de Beaurepaire indique en 1861, qu’un sous préfet d’Avranches (Lemarchand) détenait un original Des premiers exercices poëtiques

Publicités

Un commentaire pour Jan Vitel, poète né à Poilley

  1. Ping : Vitel : la source de Poilley | Histothèque Jean-Vitel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s